Société

Cameroun – Université des montagnes: vers un nouveau départ

L’Association pour l’éducation et le développement (AED), conceptrice de l’Université des montagnes s’est réunie la semaine dernière à Bangangté pour se réinventer.

L’association pour l’éducation et le développement (AED), conceptrice de l’Université des montagnes, de la Clinique universitaire des montagnes, et du Centre des métiers et des professions des montagnes vient de tenir à Bangangte, dans la région de l’Ouest, ses états généraux, du 18 au 20 juillet dernier. Les membres de l’AED, les responsables et le personnel des établissements, les représentants des parents, des étudiants, des anciens diplômés et quelques invités spéciaux dont un représentant dépêché par le Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam) ont répondu présent.
L’AED suscite un intérêt tant dans les milieux de l’éducation que du développement, et pas seulement parce qu’elle est aujourd’hui âgée de plus d’un quart de siècle, mais aussi parce qu’il semble maintenant opportun de se réinventer, de définir une nouvelle vision pour s’adapter aux nombreux défis futurs. L’organisation des états généraux s’imposait dès lors tout naturellement, en raison de la croissance rapide des projets, et des mutations suscitées par les nouvelles perspectives de développement.

Blue Solutions

En fait, les membres du Conseil d’orientation réunis en session ordinaire en novembre 2021 avaient recommandé l’organisation et la tenue des états généraux de l’AED, motivée par des « crises d’appropriation philosophique et idéologique provoquées par la fin de mandat des dirigeants de l’Université des montagnes de l’époque », souligne un document interne signé par le président, Henri Njomgang et consulté par Le Jour. L’ouverture de l’AED aux partenaires financiers tels que l’Agence française de développement « a montré, souligne le même document, la nécessité de procéder à
une réorganisation de l’Association en tirant clairement un trait de démarcation entre logique associative et logique entrepreneuriale. »

Renouvellement

L’état des lieux justifiant les assises de la semaine dernière dans le somptueux campus de Banekane montre en effet des défis et contraintes nombreux : comment repenser la vision, l’organisation et le management associatif de manière à lui donner une plus grande capacité à porter, non seulement le projet universitaire, mais aussi le projet entrepreneurial ? Quels enjeux pour l’autonomisation des différents projets en relation avec l’AED notamment l’Université des montagnes, la Clinique universitaire des montagnes, et le Centre des métiers et des professions des montagnes ? Comment enfin définir le profil idéal des membres et les mécanismes de renouvellement/rajeunissement de l’assise sociale de l’Association dont la moyenne d’âge avoisine déjà 70 ans ?

Le président de l’AED, Henri Njomgang, dans son adresse aux participants à l’ouverture des travaux, a une idée précise de ce qu’il faut faire : « Notre vision dans les prochaines années à venir est de permettre à l’AED de réaliser au mieux son ambition fondamentale : servir le développement socio-économique du Cameroun. Nous entendons mener une action sérieuse pour éradiquer la mauvaise gouvernance et le non-épanouissement des membres. Un accent tout particulier sera porté sur la bonne gouvernance dans toutes ses dimensions : environnement juridique, comptable et financier, gestion des ressources humaines, transparence et communication. Les statuts de l’AED doivent être révisés pour mieux traduire ces nouvelles préoccupations. C’est pourquoi, la politique de recrutement de nos diplômés, comme enseignants, comme chercheurs, comme personnel technique, comme personnel administratif, sera renforcée. »

Ce chemin tracé par Henri Njomgang a été suivi par les recommandations des quatre ateliers des travaux. On retient qu’il faut faire évoluer l’Association vers une association reconnue d’utilité publique. S’agissant de l’Udm qu’on veut ériger au rang des meilleures, il faut accroître l’attractivité de ses formations, accréditer toutes ses formations au niveau ingénieur, Master et doctorat tout en restant à l’écoute des besoins du marché du travail. En ce qui concerne Les cliniques universitaires des montagnes, la transformation en un centre hospitalier de référence spécialisé en infectiologie, cardiologie et oncologie.

Le Centre des métiers et des professions des montagnes, maillon d’un réseau de développement des compétences pratiques devra explorer la piste de formations professionnelles dans les domaines les plus variés. Enfin, la coopération et le partenariat pour marquer une présence effective dans les régions du Cameroun, en Afrique Centrale voire en Afrique. On parle à l’AED d’une régionalisation et internatiolisation des activités de formation et de développement. Toutes les recommandations et résolutions seront transmises au Conseil d’orientation et éventuellement à une Assemblée générale pour leur adoption et implémentation dans l’optique d’un nouveau départ.

Flore Edimo / 237online.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page