Société

Cameroun – Université de Yaoundé 1 : L’épouse du recteur victime de manipulation ?

Il apparaît comme un complot en arrière-plan, sur les mobiles réels ayant conduit Patricia Sooso née Assé, à s’en prendre étrangement à sa collègue Damaris Enyegue, présentée à tort comme entretenant une relation coupable avec Aurélien Sosso, un homme et manager à la moralité irréprochable.

Ils menaient une vie tranquille et sans bruits depuis des années. Maurice Aurélien Sosso, et Patricia Sosso née Assé, puisqu’il s’agit d’eux, sont respectivement recteur de l’Université de Yaoundé 1, et enseignante et cadre au ministère de l’Enseignement supérieur. Leur vie n’a jamais fait l’objet d’un quelconque intérêt de la presse, fut-elle à sensation, jusqu’à ce vendredi 29 janvier 2021 où l’activiste Boris Bertolt, va publier un post abondamment partagé sur les réseaux sociaux, et dans lequel est révélé la scène somme toute embarrassante, ayant eu lieu au cabinet du recteur de l’Université de Yaoundé 1. Rendue publique il y a seulement trois jours, votre journal a appris que l’incident a eu lieu il y a quasiment trois semaines, mais est resté discret et secret.Qu’est-ce qui a bien pu se passer pour que la scène de l’agression de Patricia Sosso sur sa collègue Damaris Enyegue, soit subitement postée sur les réseaux sociaux, par le lanceur d’alertes Boris Bertolt ?

Il se raconte d’ailleurs que le lanceur d’alertes serait payé en millions de Fcfa, pour poster ses alertes sur les réseaux sociaux, sur la demande des commanditaires qui seraient aussi ses informateurs. Des langues médisantes racontent d’ailleurs que Boris Bertolt n’a pas publié l’incident du rectorat de l’université de Yaoundé 1 ex- nihilo, mais qu’il aurait été contacté par les détracteurs du recteur de l’Université de Yaoundé, Maurice Aurélien Sosso dont la candide et exemplaire épouse jusque-là, aurait manifesté quelques failles et faiblesses, en se laissant manipuler par les ennemis de son époux qui selon les lambris dorés et salons huppés de la capitale, se recruteraient à tous les niveaux, au ministère de l’Enseignement supérieur.

Prorogation de carrière

Des sources anonymes affirment que la carrure du recteur de l’Université de Yaoundé 1 est un sujet d’effroi pour certains, et la prorogation de sa carrière par le chef de l’État, un sujet de colère pour d’autres. « De toute façon, la longévité de Maurice Aurélien Sosso à la tête de l’université de Yaoundé 1, n’est pas bien perçue par ceux-là mêmes qui, oublient paradoxalement qu’ils ont déjà mis une quinzaine d’années à un même poste. Plus, le Prof. Maurice Aurélien Sosso est quoi qu’on dise, l’enseignant qui maîtrise le mieux l’Enseignement supérieur au Cameroun. Il est l’enseignant d’université le plus capé, avec 41 ans à l’université de Yaoundé 1 où il sera recruté comme Assistant à 25 ans, l’année même où il obtient son Doctorat en Médecine. Ajouté à ses sept ans comme inspecteur général des services au Minesup, son règne comme recteur de l’Université de Yaoundé 1 depuis bientôt neuf, il est clair et évident, voire logique, que l’impressionnant background académique et administratif de Monsieur Sosso, fasse peur. Du point de vue strictement de la compétence académique, je comprends que ce professeur agrégé de Médecine ait beaucoup d’ennemis », confie sous cape, un enseignant de l’université de Yaoundé 1.

Lire aussi
Résolution 1325 : Les acteurs de la société civile examinent le plan d’action national

Sur l’incident du rectorat, il nous a été révélé que la famille Sosso et la famille Enyegue, sont des familles amies depuis de très longues années, et que Damaris Enyegue est Sawa(côtière) comme le recteur de l’Université de Yaoundé 1. Il y a presque trois semaines, Patricia Sosso arrive au rectorat, demande à voir son époux, et est installée au salon où le recteur vient de s’entretenir avec tous ceux qui sont admis à le voir. Elle échange un peu avec son époux, avant de lui demander si elle peut entrer au bureau. Son époux n’y trouve aucun inconvénient, et lui demande naturellement d’y aller.

Patricia Sosso qui sait déjà que Damaris Enyegue qui est par ailleurs chef de Division à l’université de Yaoundé 1 est assise au bureau du recteur, entre, attrape par surprise celle-ci par la coiffure, et se met à lui asséner des coups. Surprise par cette attaque soudaine, Damaris Enyegue parvient tout de même à se contrôler, et lance à sa collègue : « je te laisse me violenter par respect pour le recteur, et aussi parce que tu es son épouse. Sans ces considérations, je te prouverais bien que tu ne peux pas avoir le dessus physiquement, et je t’infligerais une bonne correction. Mais sache que tu répondras de tes actes d’agression en justice », lui lancera-t-elle. Le garde du corps du recteur, un gendarme, parvient tout de même à maîtriser Patricia Sosso, lui demandant de quitter le rectorat, et délivrant ainsi Damaris Enyegue. Le recteur n’est pas content de son épouse. La scène prend fin.

Patricia Sosso manipulée par les ennemis de son époux ?

Des questions tout de même. La chronologie de la diffusion du post de la scène du rectorat de l’université de Yaoundé 1 sur les réseaux sociaux, le personnage sulfureux (BorisBertolt) qui le rend public, sont loin d’être fortuits et anodins. Des sources prétendent que Boris Bertolt aurait été contacté par les implacables détracteurs du recteur de l’Université de Yaoundé 1, et que ces derniers, auraient abusé de la naïveté de Patricia son épouse, pour la manipuler contre son mari. Monsieur Sosso compterait beaucoup d’ennemis au ministère de l’Enseignement supérieur où, son épouse qui est par ailleurs enseignante à l’Ecole normale supérieure ( Ens) de Yaoundé 1, est aussi cadre. Patricia Sosso qui jusqu’ici n’a jamais fait parler d’elle de quelque façon que ce soit, est-elle victime d’une naïve manipulation contre son mari ? Aurait-elle été approchée (à son insu ) par les ennemis de son époux ? Qu’est-ce qui a bien pu se passer, pour que cette dame correcte et candide, en arrive là ? Les familles Sosso et Enyegue entretiennent une longue relation d’amitié depuis très longtemps, avant même le mariage de Patricia avec le recteur de l’Université de Yaoundé 1. Des sources rapportent que Patricia Sosso n’a jamais nourri une quelconque hostilité envers Damaris Enyegue, et qu’elle n’aurait fait que vivre cette belle et longue amitié qui lie les deux familles depuis longtemps. Il n’a donc jamais été question de relation coupable entre le recteur et Damaris Enyegue. Toute personne interrogée est surprise par cette insinuation tirée par les cheveux. Le jour de l’incident, Patricia Sosso est installée au salon d’honneur du rectorat, devise quelques temps avec son époux, avant de lui demander si elle peut entrer au bureau. Il est important de savoir que le chef du service Protocole et Accueil du recteur de l’Université de Yaoundé 1, n’est autre que Joël Assé le frère cadet de Patricia Sosso.

Lire aussi
Cameroun : Des gendarmes torturent à mort un vigile à Douala

Pas de procédure judiciaire intentée

On peut donc comprendre pourquoi celle-ci savait avec exactitude, que Damaris Enyegue est au bureau du recteur, mais aussi comment, elle en avait été informée. Autre chose, le 1er vice-recteur de l’Université de Yaoundé 1, le vice-recteur chargé des Enseignements, Calvin Owono Owono, est l’époux de la mère de Patricia Sooso. Son époux ne se reproche rien, et ne se doute de rien, jusqu’au moment où les cris de détresse de Damaris Enyegue prise entre les griffes de Patricia Sosso, le surprennent.

De toute façon, contrairement à ce qui a été annoncé par l’activiste Boris Bertolt sur les réseaux sociaux, Damaris Enyegue jusqu’au moment où nous allions sous presse, n’avait pas encore intenté de procédure judiciaire contre Patricia Sosso. Même si elle a promis de le faire, nos sources rapportent que par la médiation de plusieurs personnes, elle ne le ferait plus, mais attendrait juste que l’épouse du recteur lui présente de simples excuses. Le Messager a également appris que le recteur de l’Université de Yaoundé 1 n’a jamais engagé de procédure de divorce avec son épouse, et ne l’envisagerait même pas. Il est fort possible qu’il soit victime d’une cabale ourdie par ses ennemis, lesquels auraient subtilement manipulé son épouse contre lui.

Marlyse SIBATCHEU

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page