Cameroun: Un jeune retrouvé mort après avoir consommé le tramadol à Maroua

Cadavre au sol

C’est le troisième décès enregistré en moins de trois mois suite à la consommation de stupéfiants.

C’est dans la matinée du dimanche 08 décembre 2019 que le corps sans vie du jeune David Kawtam âgé de 28 ans a été découvert par la population.
C’était dans une maison en construction au quartier Doualaré dans l’arrondissement de Maroua 2e. Surpris par cette découverte macabre, les habitants dudit quartier ont alerté les éléments du corps national des sapeurs-pompiers.

«J’étais assis devant la maison et j’ai été attiré par une foule non loin de chez moi. Par curiosité je suis arrivé là-bas et j’ai constaté qu’il s’agissait d’un homme qui était couché au sol et qui ne respirait plus. Comme tout le monde avait peur de s’approcher du corps, nous avons simplement appelé le 118 qui est le numéro des sapeurs-pompiers» témoigne Ali Sanaraou, d’une voix tremblante et visiblement encore sous le choc de ce décès soudain.

Arrivée sur les lieux du drame, l’action des éléments de la 401e compagnie d’incendie de Maroua a consisté à mettre la dépouille dans une housse mortuaire. A en croire l’adjudant-chef Abdou, officier de permanence, le corps de David Kawtam ne présentait aucun signe de violence. «Ce jeune homme est surement aller se mettre à l’aise et il est tombé. Sinon il n’y’avait aucun signe d’agression sur lui. C’est juste des écorchures des parpaings qui sont tombés sur lui» confie-t-il. Les circonstances de ce décès ne sont pas clairement élucidées. Mais, selon l’autopsie effectuée sur la dépouille, le jeune homme de 28 ans serait mort de suite de consommations abusives des stupéfiants (tramadol). Le constat a été fait par les éléments de la police judiciaire en présence du procureur de la République.

Après cette étape, le corps conditionné de David Kawtam a été remis à sa famille qui était sur le lieu du drame. Pour rappel, c’est le troisième décès enregistré dans la cité capitale de l’Extrême-Nord en l’espace de moins de trois mois liés à la consommation des stupéfiants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *