Cameroun: Un homme retrouvé sans vie dans son véhicule à Yaoundé

La victime a pris un verre avec ses amis le vendredi soir avant d’être tuée près du site de rencontre.Le 30 mai dernier, les riverains des quartiers Mvog-Ada et Essos se sont réveillés sur une triste nouvelle. Celle de la découverte macabre du corps d’un homme froidement abattu à bord de son véhicule couleur violette de marque Toyota 185 DD. Il est pratiquement 6h15 lorsque la première entrée-droite de la descente Avenue Germaine grouille de monde.
La dépouille de M. Edimo est retrouvée sur le siège de son engin à quatre roues. Ce jeune ingénieur en bâtiment de 33 ans gisait dans une mare de sang, le crâne ouvert et les bouts de cervelle éparpillés dans la cabine du véhicule. Une vision qui faisait tout de suite penser qu’on lui a tiré une balle dans la tête. Une thèse que les particules de plomb visibles sur les lieux de l’incident pouvaient corroborer. La portière principale légèrement ouverte permettait aux nombreux curieux d’apercevoir quelques outils personnels dont un ordinateur et un téléphone portable portables, de même qu’un sac de chaussures de celui qui aurait subi une attaque nocturne.
Paniqué par l’attroupement devant son domicile, M. Alvin Basile Mveng va informer les forces de l’ordre : «Lorsque je sors de ma concession suite à une interpellation de mon épouse, je prends acte du drame et décide d’informer un ami qui travaille avec les Esir. Et c’est quelques minutes après qu’une forte mobilisation d’autorités est observée. J’ai aperçu la brigade de recherches d’Emombo, le commissariat du 4e, les sapeurs-pompiers de Mimboman. Le procureur de la République et le sous-préfet compétents y étaient également», nous confie-t-il. C’est avec cette mobilisation des officiels que les premières enquêtes seront menées. Non loin du lieu du crime, les pièces officielles de la victime seront ramassées près d’un bac à ordures, tout comme la paire de tennis que portait probablement la victime résidant au quartier Biyem-Assi, de même qu’une paire de babouches-femmes et un béret taché de sang.
Selon nos sources, cet ingénieur avait consommé la veille dans un snack-bar au carrefour Avenue Germaine. «Un crime commis par un expert», avons-nous entendu furtivement dans les rangs de la police présente. Le corps emporté vers 14h par la famille du défunt repose en ce moment dans une morgue de la place. Marié depuis deux ans, cet originaire de l’Ouest laisse cinq enfants.

[b]Napoléon Bonaparte Bessong[/b]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *