Cameroun – Transport aérien: La mise en service des MA 60 ajournée

Le ministre des Transports Edgard Alain Mebe Ngo’o annonce la certification des avions chinois par l’autorité aéronautique, qui avait pourtant émis des doutes sur la qualité de ces appareils.
Il faudra encore attendre pour la mise en service des aéronefs chinois, MA 60. L’événement, que le ministre des Transports a voulu solennel, était initialement prévu le 29 décembre dernier. Mais celui-ci a été reporté. Dans un communiqué de presse rendu public hier, 29 décembre 2015, Edgard Alain Mebe Ngo’o annonce que la cérémonie officielle est reportée au 23 janvier 2016, soit trois semaines plus tard. 237online.com «Le ministre des Transports, informe l’opinion publique nationale et internationale, que les deux avions de type MA 60 appartenant à la compagnie nationale Cameroon ailines corporation (Camair-Co), ont bel et bien reçu leur certification de la Cameroon civil avion authority (CCAA), après satisfaction des exigences réglementaires y relatives. Ils sont de ce fait habilités à entrer en service», indique, avec triomphalisme, Edgard Alain Mebe Ngo’o, dans un communiqué daté du 29 décembre 2015.
Le Mintransports précise par ailleurs que «pour des raisons liées à la parfaite organisation et à leur mise immédiate en exploitation, la cérémonie des vols inauguraux prévue le 29 décembre 2015, est reportée au 23 janvier 2016». En outre, indique le communiqué, «la Compagnie nationale Camair-Co, donnera en temps opportun, toutes les précisions utiles sur les modalités de déroulement de ces vols inauguraux». Cette sortie médiatique du Mintransport intervient, une semaine après la réaction du directeur de l’Autorité civil aéronautique, lequel avait porté des réserves sur la qualité et la fiabilité des deux avions acquis par le Cameroun et réceptionnés le 1er avril 2015 à Douala, la capitale économique camerounaise.

Polémiques
Dans son édition du 23 décembre 2015, le quotidien privé Mutations annonce que le directeur général de l’Autorité aéronautique du Cameroun (CCAA), Pierre Tankam, a récemment saisi la présidence de la République sur le cas des avions chinois de marque MA 60 appelés à desservir uniquement les lignes intérieurs dont Bafoussam, Koutaba et Bertoua et, plus tard, Bamenda. Une source proche du dossier fait savoir que le Dg de l’Autorité aéronautique a travaillé avec une équipe d’experts. Après quoi, il a décidé de saisir le chef de l’Etat, pour dégager sa responsabilité «au cas où un incident technique venait à sa produire dans les deux avions chinois mis en service».
Selon des sources dignes crédibles, l’Autorité aéronautique qui rechignait jusque-là à établir ladite certification, s’est vu forcer la main. 237online.com Au moment où nous allions sous presse, aucune information officielle n’indiquait si ces pressions ont été émises par les cadres de la présidence de la République ou du ministère des Transports. De même, personne n’arrive à comprendre pourquoi le communiqué attestant de la certification des avions chinois est signé du Mintransports et non de l’autorité aéronautique, établissement public administratif créé par la loi n° 98/023 du 24 décembre 1998 portant régime de l’aviation civile, ayant pour mission de garantir la sécurité de la navigation aérienne, la sécurité de l’exploitation des aéronefs, et de garantir une utilisation rationnelle et efficiente de l’infrastructure aéronautique…

Fabrication des MA 60
Face aux députés en 2013, l’ancien ministre des Transports, Robert Nkili, avait expliqué que la fabrication des avions relève aujourd’hui de la mondialisation. «Les pièces d’avions sont fabriqués dans divers pays dans le monde. Les avions MA 60, ont des moteurs américains, ils ne sont pas chinois», a-t-il indiqué, précisant, en conclusion, que «ces avions ne sont pas mauvais».
L’achat de ces deux MA 60 a été financée par un prêt d’un montant de 34,5 milliards de FCFA concédé à l’Etat du Cameroun par Eximbank of China. En signant cet accord de prêt en novembre 2013 à Yaoundé, l’ancien ambassadeur de Chine au Cameroun, Wo Ruidi, avait tenu à préciser que les «MA 60 sont fiables».
Les MA60 acquis par le Cameroun ont été fabriqués en 2013 par la China aviation industry corporation (AVIC), holding chinoise fondée le 6 novembre 2008. Ils sont dotés, en termes de performances, d’une vitesse maximale de 514 Km/h, une autonomie de 1 430 km, un poids à vide de 13.700 kg, contre 21.800 kg au décollage. 237online.com Ces appareils qui suscitent de vives polémiques ont une autonomie de 1430 km.
Nonobstant cette polémique entourant la certification des avions chinois, 28 personnels de Camair-Co sont en formation en Chine, apprend-on. Par ailleurs, 12 pilotes, 16 mécaniciens, 16 hôtesses et stewards, 6 agents techniques d’escales Camerounais sont formés à ce jour pour l’exploitation de ces appareils.

Jean Robert Fouda

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *