Cameroun: Transparence et traçabilité pour une meilleure assistance humanitaire

Réunion tenue au ministère de l’administration territoriale à Yaoundé entre le Atanga Nji et les chefs des missions des Nations- Unies

Paul Atanga Nji insiste la dessus pour que l’aide humanitaire soit accentuée dans les régions en crise.

C’est l’essentiel de la réunion qui s’est tenue au ministère de l’administration territoriale, ce vendredi 03 mai 2019 à Yaoundé entre le patron de ce département ministériel et les chefs des missions des Nations- Unies. A la tête de ces chefs de missions, Allegra Mania Del Baicchi, coordonnateur résident du système des Nations- Unies, coordonnateur humanitaire et représentant résident du système des Nations- Unies pour le développement au Cameroun.

Les rapports des autorités administratives des régions du Nord-Ouest et du sud-ouest obligent à un recadrage des opérations dans la gestion de la distribution des dons. Ces autorités affirment dans plusieurs de leurs rapports que généralement ils apprennent que les humanitaires sont sur le terrain et que les populations bénéficient des dons mais sans aucune traçabilité. Il était donc question au cours de cette concertation de mettre en place un cadre de travail qui va permettre de mieux encadrer les activités sur le terrain et éviter par là même les dysfonctionnements observés ces derniers temps en ce qui concerne l’aide humanitaire. Paul Atanga Nji exige transparence et traçabilité pour que les dons parviennent effectivement aux sinistrés. Il déplore le fait que l’aide humanitaire prenne parfois des directions inconnues ou arrive de façon parcellaire. « Nous avons un problème de détournement récurrent des dons » a-t-il martelé.

Apres le 20 mai, le MINAT et le coordonnateur du système des Nations- Unies vont se rendre à Bamenda et à Buea pour installer les équipes qui seront proches des personnes cibles et qui vont veiller pour que l’assistance humanitaire se fasse dans la transparence. Le personnel de la protection civile va travailler étroitement avec les partenaires pour qu’il y ait traçabilité. Un système de coordination sera défini au niveau régional, départemental et même au niveau des arrondissements. Le système des Nations-Unies veut garantir sa neutralité en ce qui concerne l’aide humanitaire dans les pays. « Le Cameroun ne fera pas exception » précise Paul Atanga Nji.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *