Economie

Cameroun – Transferts des fonds: Une étude en vue pour infléchir les coûts

Il sera question pour la Direction générale du Trésor, de la coopération financière et monétaire du ministère des Finances de veiller sur le rapatriement des recettes d’exportation.

Dans le but d’infléchir les couts des transferts de fonds, une étude vient d’être lancée au par le ministère des Finances (Minfi). Celle-ci portera sur les coûts des transferts et les mesures pour leur réduction, les éventuelles clauses d’exclusivité, la transparence des contrats, la sécurité des transferts. Mais la façon dont l’étude sera menée n’est pas encore claire. De façon générale, la Direction générale du Trésor, de la coopération financière et monétaire du Minfi veut veiller sur le rapatriement des recettes d’exportation. Et dans le cas spécifique des transferts de fonds, il est question d’en savoir plus sur les développements de la technologie mobile qui sont très appréciés, mais nécessitent une observation attentive relative à la comptabilisation des flux des transferts et un suivi avec référence aux règlements de la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac).

En effet, cette étude est lancée parce que le Minfi « considère que les prix de transferts de fonds des migrants au Cameroun devraient sensiblement baisser surtout grâce aux paiements mobiles », apprend-on. En outre, les autorités camerounaises considèrent que ces prix de transfert n’ont pas été affectés par la taxe sur les transferts d’argent introduite récemment à un taux de 2,5 du chiffre d’affaires des Sociétés de transfert d’argent (Sta).

Cameroun, 2ème gros bénéficiaire

Le secrétariat en charge du groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Acp) et la Commission européenne viennent de publier un rapport sur le « Panorama des transferts de fonds dans les pays de la Commission économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac) ».
L’on note dans ce rapport que le Cameroun, avec 345 millions d’euros, soit 201 milliards de francs Cfa, est le second pays de la CEEAC à avoir bénéficié des transferts de fonds de migrants africains en 2018. Derrière la République démocratique du Congo (RDC) qui se taille la part du lion avec 1,405 milliards de dollars reçus. Les suivants immédiats sont : le Rwanda, 230 millions de dollars, le Burundi, 36 millions de dollars, Sao Tomé et Principe, 17millions de dollars. Il faut dire que le total des transferts des fonds des migrants africains vers la CEEAC s’est chiffré à 2,036
milliards de dollars (environ 1 186 milliards de Fcfa) en 2018.

Sur un plan plus large, le rapport indique que dans la période 2010-2018, les transferts issus des migrants de l’extérieur de la région vers les 11 pays de la CEEAC ont été en total 12,904 milliards de dollars américains (près de 7 523 milliards de Fcfa). Les pays qui ont bénéficié de ces flux sont surtout la RDC, avec 8,196 milliards de dollars (4 778 milliards de Fcfa), soit 63,5 du total des transferts dans la région, suivi du Cameroun avec 2,129 milliards de dollars (1 241 milliards de Fcfa), soit 16,5 du total.

A titre de rappel, la CEEAC regroupe 11 Etats : Angola, Burundi, Cameroun, République Centrafricaine, Tchad, Rdc, République du Congo, Guinée Equatoriale, Gabon, Rwanda, Sao Tomé et Principe. Cette communauté a pour objectif de participer à la promotion et au renforcement d’une coopération harmonieuse dans tous les domaines de l’activité économique et sociale, en particulier dans les domaines de l’industrie, des transports et des communications, de l’énergie, de l’agriculture, du commerce, des douanes, des questions monétaires et financières, des Tic…

René Talla, LA NATION N° 403

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer