Cameroun : Tensions Fecafoot-Etat, Eto’o cherche l’apaisement

Emile Joel Bamkoui

La crise entre la Fécafoot et le gouvernement camerounais sur la gestion des Lions Indomptables atteint un nouveau pic. Face au bras de fer, Samuel Eto’o, président de la fédération, tente une médiation de la dernière chance auprès du ministre des Sports. Analyse d’une situation explosive.

Des Lions privés d’équipements par la Fecafoot

Selon les informations exclusives de Guy Zogo, journaliste d’Equinoxe TV, la Fecafoot aurait sciemment bloqué l’accès des Lions Indomptables à leur bus et à leurs équipements officiels ce lundi 3 juin 2024, jour de lancement de leur stage de préparation au stade militaire de Yaoundé. Un coup de pression pour tenter de reprendre la main face à la mise sous tutelle de la sélection par le gouvernement? Si les raisons profondes de ce coup d’éclat restent troubles, ses conséquences ont été immédiates : le report de 2h de l’entraînement des joueurs, le temps de leur trouver des maillots de remplacement. Ambiance.

L’armée s’en mêle, Eto’o lâche du lest

Informée de ce sabotage en règle, la hiérarchie militaire, par la voix du redouté colonel Joël Bamkoui, patron de la sécurité militaire, aurait vertement recadré la Fecafoot ce lundi, la sommant de fournir dare-dare l’équipement retenu. Dans la foulée de ce coup de semonce, Samuel Eto’o aurait demandé à rencontrer en urgence le ministre des Sports Narcisse Mouelle Kombi. Le but de cette main tendue ? Nul ne le sait, mais d’aucuns y voient une tentative in extremis du président de la fédé de renouer le dialogue après des semaines d’invectives par médias interposés. À moins qu’il ne s’agisse d’un nouveau coup de poker…

Un bras de fer hautement inflammable

Quoi qu’il en soit, cette énième péripétie illustre la guerre de tranchées sans merci que se livrent Fecafoot et gouvernement pour le contrôle du football camerounais. D’un côté, un Samuel Eto’o qui se pose en rempart sourcilleux de l’indépendance de l’instance fédérale. De l’autre, un exécutif exaspéré par les errements de la fédé et bien décidé à ne plus lui laisser les coudées franches. Entre les deux, un fossé de défiance que même le maillot des Lions ne parvient plus à combler. Pas sûr dans ce contexte délétère que la demande de médiation d’Eto’o suffise à éteindre l’incendie. Le football camerounais joue peut-être là l’une des parties les plus désespérées de son histoire.

Par Serge Emani pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *