Politique

Cameroun – Simon Achidi Achu : Planteur et politicien

Malgré son âge avancé, l’ancien Premier ministre reste une ressource de poids pour le parti au pouvoir dans la région du Nord Ouest.

Le samedi 6 octobre 2018, à Santa, le feu a été mis sur le domicile de Simon Achidi Achu (1992 – 1996) par des pyromanes assimilés aux combattants sécessionnistes qui s’opposaient à la tenue de l’élection présidentielle dans les Régions anglophones. « Ils en veulent particulièrement à notre papa parce que selon eux, il est le symbole du vieux régime de Yaoundé. Mais, ces criminels ont mis le feu sur la maison avec l’intention de brûler toute une famille.

Heureusement que seuls les biens ont brulé, personne n’est morte », commentait un de ses proches. Affaibli par l’âge et la maladie, Simon Achidi Achu reste présent sur le terrain politique. A 84 ans, l’ancien Premier Ministre a tout de même participé aux deux meetings du candidat Paul Biya organisés à Bamenda. Ses efforts pour contrecarrer l’opposition hier et les sécessionnistes aujourd’hui ont laissé des traces.

« Politic na njangui », soutient cet homme courageux et réaliste, qui mobilise toujours à Santa, où il dispose d’un ranch et d’une plantation, la « Rock Farm », qui employait jusqu’à 400 agents. Né le 5 Novembre 1934 à Bamenda, Simon Achidi Achu a d’abord été comptable à la Commune de Bamenda-Widikum et stagiaire à la Cdc. Après des études à l’Université de Yaoundé et I’Enam, il travaille comme Traducteur-interprète à la Présidence de la République, Inspecteur d’Etat, il devient en 1971 le Secrétaire Général du Ministère de la Fonction publique, en 1972 Ministre délégué à l’Inspection de l’Etat et de 1972 – 1975, Ministre de la Justice. De 1992 à 1996, il est Premier ministre. Membre du Bureau politique du Rdpc, il a été sénateur de la première mandature, de 2013
à 2018. Durant son passage à l’immeuble Etoile, il a amassé en guise de cadeaux des œuvres de toutes les aires culturelles du Cameroun.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer