Cameroun : Scandale sanitaire, le « Bome François » dans le viseur des pharmaciens ! đŸššđŸ’ŠđŸ˜·

Bome François

Nouveau sĂ©isme dans le landerneau mĂ©dical camerounais. L’Ordre national des pharmaciens du Cameroun (ONPC) vient de monter au crĂ©neau pour exiger le retrait immĂ©diat du marchĂ© du cĂ©lĂšbre « Bome François », un mĂ©dicament traditionnel trĂšs prisĂ©. En cause : le non-respect des normes de fabrication. Une affaire qui risque de faire des vagues.

L’ONPC sort l’artillerie lourde contre le « Bome François », un produit hors normes

C’est une dĂ©cision qui ne manquera pas de faire rĂ©agir les millions de Camerounais adeptes du « Bome François« . Dans un communiquĂ© au vitriol relayĂ© par 237online.com, l’Ordre national des pharmaciens du Cameroun a demandĂ© le retrait pur et simple de ce mĂ©dicament traditionnel du marchĂ© national. Un rĂ©quisitoire implacable qui pointe du doigt les graves manquements aux normes de fabrication constatĂ©s par les experts de l’Ordre.

« AprĂšs une sĂ©rie de contrĂŽles et d’analyses approfondies, il apparaĂźt que le « Bome François » ne respecte aucun des standards de qualitĂ©, de sĂ©curitĂ© et de traçabilitĂ© exigĂ©s pour tout mĂ©dicament distribuĂ© sur le territoire national« , assĂšne l’ONPC. Des griefs auxquels s’ajoutent des soupçons sur la composition exacte du produit, dont la formule reste un mystĂšre bien gardĂ© par son concepteur, François Ekouma.

Le « Docteur Bome », de l’icĂŽne nationale au paria sanitaire ?

VĂ©ritable icĂŽne nationale, le « Docteur Bome » comme l’appellent affectueusement ses clients, se retrouve aujourd’hui au cƓur d’une polĂ©mique qui risque de ternir durablement son image. Lui qui avait bĂąti sa rĂ©putation sur son accessibilitĂ©, son Ă©coute et ses tarifs dĂ©fiant toute concurrence, se voit aujourd’hui accusĂ© de mettre en danger la santĂ© de ses concitoyens avec un produit opaque et potentiellement dangereux.

Un coup dur pour ce naturopathe autodidacte, qui revendique plus de 30 ans d’expĂ©rience dans le traitement des affections les plus diverses, du paludisme au diabĂšte en passant par les troubles de l’Ă©rection. Une success-story Ă  la camerounaise, qui avait fait du « Bome François » un vĂ©ritable phĂ©nomĂšne de sociĂ©tĂ©, plĂ©biscitĂ© par toutes les couches de la population, des plus humbles aux plus huppĂ©es.

DerriÚre le « Bome François », les failles béantes du systÚme de santé camerounais

Mais au-delĂ  du seul cas du « Docteur Bome », c’est tout le systĂšme de santĂ© camerounais qui se trouve interrogĂ© par cette affaire. Car si des produits comme le « Bome François » rencontrent un tel succĂšs, c’est bien parce qu’ils viennent combler les failles bĂ©antes d’un systĂšme de soins Ă  deux vitesses, qui laisse sur le carreau les populations les plus vulnĂ©rables.

HĂŽpitaux sous-Ă©quipĂ©s, personnel mĂ©dical en sous-effectif, mĂ©dicaments hors de prix… Autant de maux bien connus qui poussent des millions de Camerounais Ă  se tourner vers la mĂ©decine traditionnelle, au risque parfois de tomber sur des charlatans ou des produits frelatĂ©s. Une situation explosive, qui appelle une rĂ©action forte des autoritĂ©s sanitaires pour endiguer les dĂ©rives et restaurer la confiance.

L’affaire du « Bome François » doit servir de dĂ©clic. Il est temps de mettre de l’ordre dans la jungle des mĂ©dicaments traditionnels, en imposant des normes strictes de fabrication, de contrĂŽle et de traçabilitĂ©. Mais aussi de repenser en profondeur notre systĂšme de santĂ©, pour le rendre plus juste, plus accessible et plus efficace. Sinon, c’est la porte ouverte Ă  d’autres scandales sanitaires, avec Ă  la clĂ© des vies brisĂ©es et des drames humains. Le Cameroun a tous les atouts pour relever ce dĂ©fi. Encore faut-il une volontĂ© politique Ă  la hauteur des enjeux. Le compte Ă  rebours est lancĂ©.

Par Christian Bomo Ntonga pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *