Cameroun : Scandale de la CNI à 15 500 FCFA, le peuple otage d’une arnaque d’État !

CNI

Le Cameroun vient de franchir un nouveau cap dans le mépris de ses citoyens. Sous couvert de « modernisation », le gouvernement impose une hausse vertigineuse du prix de la Carte Nationale d’Identité (CNI), qui passe à 15 500 FCFA. Une décision qui soulève un tollé général et pose la question de la souveraineté même du pays.

La CNI, nouveau luxe inaccessible pour les Camerounais ?

C’est un véritable coup de massue qui s’abat sur les Camerounais. Selon une ordonnance présidentielle relayée par 237online.com, le coût de la CNI explose littéralement :

  • Timbre : de 2 800 à 10 000 FCFA (+257%)
  • Certificat de nationalité : 3 500 FCFA
  • Copie certifiée d’acte de naissance : 2 000 FCFA

Au total, c’est donc 15 500 FCFA qu’il faudra débourser pour obtenir ce document pourtant essentiel. Une somme astronomique dans un pays où le SMIG stagne à 36 270 FCFA. Comment un simple ouvrier pourra-t-il s’offrir ce « luxe » d’être en règle ?

La promesse des 48h, nouveau mirage pour les Camerounais ?

Pour justifier cette hausse scandaleuse, la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) agite la carotte d’une CNI produite en 48h d’ici fin 2024. Mais de nombreuses questions restent sans réponse :

  • Ce délai sera-t-il vraiment tenu, quand on connaît les retards chroniques de l’administration ?
  • Le timbre de 10 000 FCFA ira-t-il vraiment à l’amélioration du service, ou dans les poches d’obscurs intermédiaires ?
  • Quid des millions de Camerounais aux identités multiples, bloqués dans les limbes administratifs ?

La souveraineté nationale bradée sur l’autel du profit

Mais le plus choquant dans cette affaire est peut-être la mise sous tutelle de notre souveraineté. Comment accepter qu’une entreprise étrangère gère nos données d’identité les plus sensibles ? N’avons-nous pas les compétences au Cameroun, dans nos universités ou notre diaspora, pour gérer nous-mêmes ce service régalien ?

Cette décision pose la question cruciale de l’indépendance réelle du Cameroun. Sommes-nous encore maîtres de notre destin, ou de simples vassaux d’intérêts étrangers ?

Un pays qui transforme ses citoyens en sans-papiers

Au final, c’est tout un peuple qui se retrouve potentiellement « sans-papiers » sur sa propre terre. Entre coût prohibitif et blocages administratifs kafkaïens, combien de Camerounais renonceront à faire leurs papiers ?

Cette CNI hors de prix est le symbole d’un État qui méprise ses citoyens les plus modestes. Elle creuse un fossé toujours plus grand entre une élite corrompue et la masse des Camerounais, réduits au statut de citoyens de seconde zone.

Il est temps que le peuple camerounais se réveille et dise non à cette arnaque d’État. La CNI n’est pas un privilège, c’est un droit fondamental. En faire un luxe inaccessible, c’est nier notre citoyenneté même. Jusqu’à quand accepterons-nous d’être les otages d’un système qui nous pressure sans rien nous offrir en retour ?

Par Dieudonné Tchami pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *