Cameroun: Raymond Tchengang récuse le rapprochement entre la CMC et la Socam

Art Musical: Après le point de presse CMC/SOCAM, Le SYNAPROM de Raymond Tchengang et le collectif «trop c’est trop» récusent le rapprochement présomptif entre Sam Mbendé et Ndédi Eyango. Lors de cette rencontre avec les hommes des médias, le syndicat national des professionnels de la musique a également annoncé la tenue du premier forum national de l’art musical le 16 Mai 2015 au Palais des congrès de Yaoundé.
Quand la ministre des arts et de la culture dit: «Allez me chercher deux individus, veut elle par la insinuer que le destin des 6000 artistes musiciens Camerounais est mêlé à celui de ces deux personnes ?». Ainsi s’est interrogé Jean Paul Fouda Ottou, le SG du Synaprom au cours de la conférence de presse que ce syndicat a donné ce mercredi 15 Avril 2015 à l’hôtel La Falaise de Yaoundé.
Par ailleurs, dés l’entame de son propos liminaire, le numéro 2 du syndicat de Raymond Tchengang a expliqué aux journalistes et autres hommes de médias, les tenants et les aboutissants de leur sortie médiatique, à savoir:
– Rendre compte du mandat que le collectif avait donné au président du Synaprom pour enclencher des poursuites judiciaires contre tous ceux qui se sont rendus coupables de malversations,
– Se prononcer sur l’appel d’Ama Tutu Muna du vendredi 03 Avril dernier,
– Donner la position du Synaprom sur le rapprochement CMC/ SOCAM,
– Et in fine, faire des propositions.
S’agissant du premier point, le SG du Synaprom a allégué qu’à ce jour, grâce à Raymond Tchengang, le procureur de la république près du TGI de Yaoundé avait été saisi par le truchement d’une plainte avec constitution de partie civile. Dans la foulée, il a été révélé à la
presse qu’une enquête avait été ouverte et que les auditions des personnes incriminées étaient toujours en cours.

400 millions de Francs CFA dans le compte de Dépôt spécial scellé par le procureur
Parlant des premières retombées de cette procédure judiciaire, Jean-Paul Fouda Ottou a annoncé que le juge d’instruction avait d’ores et déjà procédé à la scellée du « compte de Dépôt spécial » et du compte ayant supporté la dernière répartition. Par rapport au second et au troisième point, portant respectivement sur l’Appel d’Ama Tutu Muna et sur la position de la bande à Raymond Tchengang relativement au rapprochement CMC/SOCAM, le SYNAPROM a, par la bouche de son secrétaire général, condamné avec la dernière énergie l’initiative de la Ministre
des arts et de la culture : « Deux sociétés illégales qui se mettent ensembles, ne peuvent pas devenir une société légale » a-t-il tranché.
Pour sortir définitivement de l’imbroglio ambiant, le syndicat national des professionnels de la musique propose donc la dissolution pure et simple de la CMC, immatriculée au registre de commerce sous le numéro 2005/473 et la nullité de la SOCAM, immatriculée en 2008 sous le numéro 2008/1210 en violation de la loi de 2000. Dans l’option de dissolution des deux structures de gestion, la procédure de création d’une nouvelle société, recommande le SYNAPROM, passe par l’ouverture auprès des notaires, des guichets de souscription des sociétaires qui participeront, par la suite à l’Assemblée générale constitutive. Pour boucler la boucle des propositions, le SYNAPROM a annoncé la tenue de la première édition du forum national de l’art musical le 16 Mai prochain au palais des congrès.

Yves Junior Ngangue

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *