Cameroun – Promotion du tourisme: Le PM prescrit le renforcement des mesures de sécurité aux frontières camerounaises





Le communiqué parvenu à notre Rédaction.
Le Premier ministre, chef du gouvernement, président du Conseil national du Tourisme, Monsieur Philemon Yang, a présidé ce jeudi 07 Août 2014, dans l’immeuble abritant ses Services, la 10ème session ordinaire du Conseil national du Tourisme, à laquelle ont pris part outre ses proches collaborateurs, tous les membres statutaires dudit Conseil.[pagebreak]Trois points étaient inscrits à l’ordre des travaux, à savoir :
1- Compte rendu de l’état d’exécution des recommandations et directives issues des travaux de la 9ème session du Conseil national du Tourisme ;
2- Exposé du ministre d’État, ministre du Tourisme et des Loisirs sur le thème : « le développement des loisirs dans le processus de promotion du tourisme interne » ;
3- Échanges et débats.
Dans son allocution d’ouverture, le Premier ministre a rappelé la place du tourisme dans l’économie nationale et l’importance que les pouvoirs publics accordent à son essor, en créant les conditions favorables au développement de cette branche d’activités.
Relativement à l’état d’exécution des recommandations et directives issues des travaux de la 9ème session, le Conseil s’est félicité du compte rendu fait par le secrétaire permanent, lequel a révélé un niveau de mise en œuvre globalement satisfaisant, faisant ressortir l’aménagement en cours ou achevé de nombreux sites touristiques, notamment les Lacs jumeaux des monts Manengoumba, les gorges de Kola ou le Lac Barombi. De même, quelques établissements hôteliers de haut standing ont été réhabilités, à l’instar du Mountain Hôtel et du Parlementarian Flat Hôtel à Buéa, et l’hôtel d’Ebolowa, dont le gros œuvre réalisé à 100% est en cours d’achèvement.
En outre, de nombreuses infrastructures de loisirs sont en cours de construction, à travers le pays, notamment le parc de loisirs d’Ebolowa, ainsi que les centres nautiques de Lagdo et de Maga.
Sur le plan sécuritaire, des mesures énergiques instruites par le chef de l’Etat en vue de la protection des personnes et des biens sur l’ensemble du territoire national, ont été prises et sont en cours d’exécution.
A l’issue des échanges subséquents, le Premier ministre a invité tous les acteurs institutionnels de ce secteur à poursuivre la mise en œuvre effective de toutes les résolutions et recommandations issues des sessions antérieures du Conseil.
Le Conseil s’est poursuivi par l’exposé du ministre d’Etat, ministre du Tourisme et des Loisirs, dont le thème était consacré au « développement des loisirs dans le processus de promotion du tourisme interne ». A l’entame de son propos, le ministre d’Etat s’est félicité des réformes institutionnelles survenues récemment dans son cadre organique. En effet, cette évolution traduit la volonté du Gouvernement d’impulser le développement d’une véritable industrie touristique et de promouvoir l’accès aux loisirs pour toutes les populations, sans discrimination de catégories sociales, ni de tranches d’âges.
En dépit de l’interconnexion entre le tourisme et le loisir, il a tenu à souligner que le loisir est l’un des maillons essentiels permettant au touriste de prolonger son séjour dans un pays, apportant par là même, la valeur ajoutée aux activités touristiques.
Aussi, l’atteinte de l’objectif d’accueillir au moins deux millions de touristes étrangers et six millions de touristes nationaux par an, à l’horizon 2020, passe-t-il par une politique des loisirs plus volontariste
axée sur (i) le développement du tourisme des jeunes, à travers les œuvres de vacances, (ii) la diversification des attractions pour les résidents et l’amélioration du produit touristique par le développement des infrastructures de loisirs, (iii) une plus grande accessibilité aux colonies de vacances et au tourisme pour toutes les catégories sociales, (iv) le développement de la culture touristique, ainsi que (v) l’embellissement des villes et le développement urbain.
Abordant spécifiquement le tourisme interne, il a rappelé l’intérêt lié à sa promotion, au vu de ses retombées réelles sur l’économie, notamment en termes de création d’emplois, d’amélioration des revenus des populations locales et de rentabilité des entreprises touristiques.
C’est ainsi que le gouvernement a engagé depuis 2013, la mise en œuvre d’un important programme d’aménagement des infrastructures de loisirs en milieu urbain qui permettra à terme, la réalisation de deux parcs d’attractions à Yaoundé et à Douala, de deux villages de vacances à Sangmélima et Garoua, ainsi que de deux aquariums géants d’exhibition des espèces d’eau marine et d’eau douce à Yaoundé et Limbé, ainsi que l’aménagement d’un village de vacances à Buea, d’un parc récréatif à Ebolowa et de deux stations nautiques à Maga et Lagdo.
Par ailleurs, plusieurs mesures d’accompagnement aux plans normatif, institutionnel et infrastructurel sont en cours d’examen, afin de répondre aux besoins de la population et aux attentes des potentiels investisseurs dans les secteurs du tourisme et des loisirs.
Au cours d’intenses et fructueux débats subséquents à cet exposé, le président du Conseil a réaffirmé l’engagement et la détermination du gouvernement à tout mettre en œuvre pour capitaliser et consolider les acquis enregistrés dans le développement du secteur touristique, l’objectif étant de conforter la position du Cameroun comme destination touristique en Afrique et dans le monde.
Plus spécifiquement, il a prescrit les recommandations et directives suivantes :
• au ministre d’Etat, ministre du Tourisme et des Loisirs :
• en liaison avec toutes les administrations et organismes concernés, notamment les ministres en charge de l’économie, des finances, des transports, des relations extérieures, des travaux publics et les syndicats, de veiller au suivi de la mise en œuvre effective des résolutions et recommandations issues des sessions antérieures de ce Conseil, à ce jour encore inexécutées ;
• de poursuivre la relecture et le toilettage des textes organisant l’intervention de certaines administrations dans les activités de contrôle des établissements de tourisme ;
• de finaliser le processus d’institutionnalisation « de la semaine de la cuisine camerounaise », en vue d’en faire un évènement majeur susceptible d’être inscrit dans l’agenda annuel des manifestations touristiques africaines ;
• de prendre toutes les dispositions, en vue de la tenue, avant la fin de l’année en cours, d’une seconde
session des travaux du Conseil national du Tourisme ;
• au ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, au délégué général à la Sûreté Nationale et au secrétaire d’Etat à la Défense chargé de la Gendarmerie, de poursuivre et renforcer le dispositif sécuritaire de nos zones frontalières, ainsi que les mesures de protection des biens et des personnes sur l’ensemble du territoire national.
• au ministre des Travaux publics, en liaison avec le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, d’étudier en urgence, la faisabilité de l’offre de financement formulée par l’entreprise adjudicataire du marché de construction de la route Ngaoundéré-Garoua, en vue de la réhabilitation de la bretelle desservant l’aéroport de Ngaoundéré ;
• aux groupements socio-professionnels relevant du secteur de l’hôtellerie et du Tourisme, de poursuivre et densifier la collaboration avec les services de renseignement et les forces de défense, en vue d’une meilleure couverture sécuritaire des établissements de tourisme et des touristes.
Le Conseil s’est achevé à 13 H 00 mn.

Le directeur de Cabinet du Premier ministre,
(é) GHOGOMU Paul MINGO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *