Politique

Cameroun – Présidentielle 2018: Les Camerounais ignorent les appels à la subversion

Les populations de Douala et Yaoundé n’ont pas répondu aux sirènes de la déstabilisation qui leur demandaient de descendre dans la rue. Un message de désapprobation envoyé à tous les pêcheurs en eau trouble.

« Rendez-vous à la Poste centrale demain, lundi 22 à 8h30 pour chasser Paul Biya ! Informe tes amis ! ». Voilà le message reçu par nombre d’habitant de Yaoundé toute la journée du 21 octobre. Ces SMS ont même provoqué une réaction du ministère de la Défense (Mindef). « Des individus mal intentionnés envoient des messages de subversion à travers vos téléphones. Cette nouvelle opération démontre que ceux qui veulent déstabiliser le Cameroun n’ont pas désemparé malgré les camouflets qui se superposent. Ne suivez aucun de ces messages », écrit le colonel Didier Badjeck, Chef de la Division de la communication du Mindef, invitant les Camerounais à partager son message. Un post très vite devenu viral montrant l’engagement de tous à préserver la paix dans notre pays. Conséquence, ce lundi 22 octobre, les habitants de la capitale politique, respectueuses des institutions et des autorités, ont tranquillement vaqué à leur occupation ignorant royalement cet appel à la sédition.

Il en est de Yaoundé comme de Douala. Au regard des menaces graves de trouble à l’ordre public et des risques de perturbation de la libre circulation des personnes et des biens que faisait courir le meeting et la marche que projetaient d’organiser ce 22 octobre 2018, Jean Michel Nintcheu pour soit disant dénoncer des fraudes imaginaires lors de l’élection présidentielle du 7 octobre 2018, le sous-préfet de Douala 3e a pris une décision jeudi dernier interdisant cette manifestation publique. Mais le député du Social Democratic Front a tenté de défier l’autorité de l’État en maintenant la manifestation. Seulement, les populations de Douala, elles aussi respectueuses des institutions et des autorités, ne l’ont pas suivi.

En effet, ce dimanche, l’atmosphère était donc calme. Au marché Dakar qui jouxte le carrefour où le député projetait d’organiser son meeting, l’activité était celle des jours ordinaires. Des personnes rencontrées dans le marché ont indiqué qu’ils avaient refusé les tee-shirts que tentaient de leur distribuer les organisateurs de la marche. « La manifestation comme vous l’avez vu, n’a pas eu lieu. Les populations n’ont pas suivi l’appel du député Nintcheu. Elles vaquent paisiblement à leurs occupations. Nous espérons que l’honorable a compris et il s’est ravisé », se réjouissait Nouhou Bello, le sous-préfet de Douala 3e. Le message est donc clair : les Camerounais ne suivront pas les subversifs.

Commenter avec facebook

Source
Pierre NGOM, cameroon-report.com
Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer