Société

Cameroun : Pen Boy slam pour le changement

Pen Boy, jeune homme de 21 ans, gagnant du Goethe-découverte 2022 catégorie paroles sur scène dénonce les tares de la société camerounais et les ravages de la guerre au Noso.

Passionné depuis son bas âge par l’écriture et par le slam, il a décidé d’être la voix des sans voix. Lui, c’est Pen Boy. Tout droit venu de Buea, il a servi à ses fans, sa famille et aux curieux venus nombreux le voir, du slam. Des textes, vecteurs de messages positifs et d’appel aux changements accompagnés d’effets sonores ont été présentés à son public le 13 mai dernier au Goethe institut. Du slam dans toute sa splendeur.

Intitulé «Ubuntu, I am because you are», le spectacle de Pen Boy est né de son désir d’amener les camerounais et le peuple africain à prendre conscience que les efforts collectifs, l’unité et la paix sont les seules armes qu’ils doivent déployer pour espérer atteindre la prospérité et le développement du continent africain. Boris Taleabong Alemngne de son vrai nom, s’est érigé au rang d’activisme. « Freedom : we live to be free », est par exemple le refrain d’une de ses compositions. Ses poèmes mélodieux sont inspirés par les problèmes sociaux : l’esclavage, le conflit du Nord-Ouest et Sud-Ouest.

Au Goethe Institut, Pen Boy a livré une performance dynamique pour susciter le changement en chacun d’entre nous. Une prestation qui lui a valu à chaque fois d’être ovationné par un public enthousiaste. «I am a little black boy», rappel Pen Boy pour décrier avec énergie l’esclavage.
Le slameur habitué à partager la scène avec son groupe composé de douze autres membres s »est donné à fond pour son premier spectacle solo. Il a su marqué positivement le public venu le découvrir.

A 21 ans, Pen Boy est un artiste engagé. Conscient de ce choix risqué, le slameur entend toutefois poursuivre son combat à travers ses textes. Car confie-t-il : « J’ai été arrêté puis enfermé à Buea en 2021 parce que je disais trop de vérités ». Il poursuit sereinement : « Les producteurs reconnaissent mon talent mais veulent que je change de registre, que j’aborde d’autres thèmes. Mais je ne compte pas changer », prévient-il. Aujourd’hui, son travail acharné et ses convictions lui ont permis d’être le gagnant du Goethe découverte dans la catégorie paroles sur scène.

Hilary Sipouo / 237online.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page