Cameroun – Opération Epervier: Où est passé Dayas Mounoume ?

Condamné à 15 ans de prison le 3 juillet dernier, l’ancien directeur général du Port autonome de Douala aurait quitté le pays.Jean-Marcel Dayas Mounoume a assisté pendant plus d’un an à toutes les audiences du Tribunal criminel spécial (il quittait Douala, sa ville de résidence, pour Yaoundé chaque jour d’audience, Ndlr) qui avait ouvert une procédure judiciaire contre lui pour détournement de deniers publics. Toutefois, le 3 juillet 2015, jour du verdict, l’ancien directeur général du Port autonome de Douala ne s’est pas présenté au Tribunal. Condamné à 15 ans de prison ce jour-là, un mandat d’arrêt et un mandat d’incarcération ont été décernés contre lui.
En d’autres termes, l’ancien Dg devait être arrêté et conduit à la prison centrale de Yaoundé. Mais à ce jour, Dayas Mounoume ne se trouve pas au pénitencier de Kondengui. D’après nos informations, il aurait quitté le Cameroun dans la foulée de cette condamnation. Membre du comité central du Rdpc et personnalité ressource du parti au pouvoir dans le Wouri (il a activement pris part à la coordination des dernières élections législatives pour le compte du Rdpc dans ce département), Dayas Mounoume est accusé du détournement de 458 millions FCfa. L’affaire remonte à 2005.
A l’origine, un conflit au sujet d’une cession de créance oppose le Port autonome de Douala à la société While nile corporation. Le 9 mai 2005, le Pad est condamné par la Chambre arbitrale maritime de Paris à payer la somme de 458 millions FCfa à While nile corporation.
Le 27 juin 2008, le Pad introduit un recours mais est débouté par la Cour d’appel de Paris. C’est alors que le conseil d’administration du Pad prend une résolution instruisant le directeur général, qui était à l’époque Dayas Mounoume, de procéder au paiement par virement bancaire des 458 millions FCfa en quatre mensualités. Mais ce paiement sera plutôt effectué par chèques qui ont été remis à un certain Patrice Tsimi, dont la qualité de représentant de While nile corporation sera plus tard remise en cause. En effet, le dossier de règlement de la créance de While nile corporation est géré par le directeur général adjoint du Pad, Arsène Essomba Eloundou, en poste à l’époque des faits.
Le crime de Dayas Mounoume est qu’il n’est pas intervenu dans cette procédure pour s’assurer que les résolutions du conseil d’administration, de régler la créance par virement plutôt que par chèques, ont été respectées. Pour l’accusation, Dayas Mounoume a « fait preuve de négligence ». Son avocat, Me Patrice Monthe, n’a eu de cesse de crier à l’instrumentalisation de la justice.

[b]Flore Edimo[/b]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *