Economie

Cameroun – Madlyn Cazalis : Une seconde unité de production

Ce projet de 1.2 milliard de FCFA permettra à cette jeune entreprise de fournir sur le plan local et international des produits cosmétiques de qualité 100% « made in Cameroon ».

Madlyn Cazalis Group vient de lancer sa nouvelle unité de production aux standards internationaux. La société a investi 1.2 milliard de FCFA sur 1 an, l’objectif étant d’atteindre d’ici 2020, pour ses marques Madlyn Cazalis et Kiana, une capacité de production de 3 millions de produits par an et le recrutement d’une centaine de nouveaux collaborateurs. Située près de la localité de Mfou, en banlieue de Yaoundé au Cameroun, cette usine de 2.000 m2 permettra à la jeune société de passer à la seconde phase de son développement industriel. La société compte aujourd’hui plus de 250 points de vente dont les supermarchés Mahima, Santa Lucia, Carrefour
Market, Bel Achat, Kado et de nombreuses pharmacies. La moyenne d’âge des employés est de 27 ans et la société emploie déjà 90% de femmes. La société qui prévoit d’investir 8 milliards de FCFA, sur 3 ans, travaille avec des partenaires sur l’installation d’une seconde unité de production en Afriquede l’Ouest.

Madlyn Cazalis Créée en 2012, est la marque leader au Cameroun, dans la fabrication de cosmétiques à base d’ingrédients naturels venus d’Afrique. La société conçoit, fabrique, transforme et distribue localement et à l’international, des produits cosmétiques naturels pour la peau et pour cheveux tels que des lotions, crèmes, laits de toilettes, masques, gommages et savons. En travaillant étroitement avec des producteurs locaux, la marque possède une gamme de plus de 25 produits à base d’aloe vera, de beurre de cacao, beurre de karité, citron, chou, coco, moringa, avocat, concombre ou bien carotte. Madlyn Cazalis a également reçu de nombreux prix nationaux et internationaux pour ses initiatives.

Christian Ngan, 35 ans, en est le fondateur. Après une carrière en fonds d’investissement et banque d’affaires en Europe, il a décidé de revenir investir au Cameroun. Ceci pour encourager la production et la transformation de produits agricoles locaux, lutter contre la dépigmentation volontaire de la peau et revaloriser l’identité de la femme africaine. Le promoteur Christian, possède un Master en Ingénierie Financière de l’EM Lyon Business School, un Master en Affaires Internationales de la Sorbonne, il est également un ancien du Global Strategic Leadership Program de la Wharton School et de l’Agribusiness Program de la Harvard Business School.

Commenter avec facebook

Source
Moïse Moundi
Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer