Cameroun: Lettre de la jeunesse Camerounaise à Jeune Afrique

Monsieur Béchir Ben Yahmed
En ma qualité de Porte-parole du Rassemblement de la jeunesse Camerounaise, j’observe depuis un bon moment la danse des gamètes de votre journal dans le champ sociopolitique Camerounais !
Jusqu’ici nous sommes restés calme à vous observer ! Nous vous avons vu participer au renversement des régimes, participer à légitimer des dictatures, Jeune Afrique a aussi participer à la matérialisation perpétuelle de l’impérialisme occidental en Afrique du Sud du Sahara !
Si seulement votre « Journal » s’arrêtait à ça, nous aurions pensé à un penchant idéologique ! Mais votre « journal » ne s’arrête pas à ça ! Il fait du Chantage aux gouvernements ! Ainsi donc ce n’est qu’une question d’argent ! Minable, vraiment minable !
Si encore votre Journal pouvait s’arrêter à ça ! Nous comprendrions ! Mais vous poussez la purulence au point d’user de la jeunesse pour vous faire du Fric ! Vous êtes pathétique, minable, et la jeunesse Camerounaise n’a pas besoin de votre aide !
A Partir d’aujourd’hui, la Rassemblement de la jeunesse Camerounaise vous interdit d’user du nom de la jeunesse pour vous remplir les poches, parce que c’est bien ça votre obsession ! Vous n’avez aucun scrupule à user de la misère d’une jeunesse en détresse pour votre ventre ! En quoi êtes-vous donc différent de ces hommes politiques que vous dénoncez ? Vous êtes pire que la peste !
En attendant, nous n’avons jamais demandé votre aide, et nos problèmes avec notre « Dictateur » nous allons les résoudre nous même à notre manière !
D’ici là, demandez à votre agent commercial François Soudan de ne plus remettre les pieds dans notre pays, il empeste l’atmosphère !
La jeunesse Camerounaise vous prie donc à partir d’aujourd’hui de trouver un autre sujet pour votre commerce ! ça suffit !
Très cordialement

Sismondi Barlev Bidjocka
Porte-Parole du Rassemblement de la jeunesse Camerounaise
https://rjcpatriote.centerblog.net/2143-la-lettre-de-la-jeunesse-camerounaise-a-jeune-afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *