Cameroun: Les textes de la Fécafoot revus et corrigés

L’assemblée générale insiste sur la poursuite du championnat de la ligue régionale de football. Il a fallu presque 10 heures d’horloge pour que les 97 personnes présentes sur 104 attendues, puissent prendre une décision lors de l’assemblée générale extraordinaire de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) tenue hier à l’hôtel Mont-Febe à Yaoundé. Les échanges ont parfois été houleux. Mais au finish, les membres de l’Ag de 2009 ont procédé à la validation des statuts de la Fécafoot ainsi que de son Code électoral. Dans les débats, 63 personnes ont voté. Tandis que 34 suffrages étaient contre, en présence de Primo Corvaro le représentant de la Fifa et de Prospère Abéga de la Caf-Fifa.
Les discussions ont tourné autour de la disposition de l’article 4 du statut spécial des ligues décentralisées ainsi que de l’article 78 qui s’intéresse aux «litiges d’ordre sportif, arbitrage et médiation». Notamment l’alinéa 2 qui veut qu’ «en cas d’épuisement des voies de recours internes à la Fédération et en application de l’article 58 alinéa 2 de la loi n° 2011/018 du 15 juillet 2011 relative à l’organisation et à la promotion des activités physiques et sportives, les décisions de la Commission de recours, de la Chambre nationale de résolution des litiges et de la Commission électorale de recours peuvent faire l’objet d’un recours en dernier ressort au plan national, soit devant la Chambre de conciliation et d’arbitrage instituée auprès du Comité national olympique et sportif du Cameroun, si les parties donnent leur accord, soit devant le Taf». Pour Joseph Owona «nous avons dit qu’en cas d’épuisement interne à la Fécafoot, la Fécafoot et ses membres s’engagent à aller saisir la chambre qu’en cas de voies d’épuisement et de recours interne».
Selon Joseph Owona, le président du Comité de normalisation de la Fécafoot (Fécafoot), le travail a été fait jusqu’au niveau de la définition de la Fécafoot. Elle qui était par exemple définie comme «une association de nature privative» connaît par exemple une nouvelle définition notamment reconnue comme une association camerounaise assujettie à la légalité interne (règlements et lois du Cameroun) et à «la légalité internationale», celle qui s’inspire des lois de la Fifa et de la Caf. Pour les membres de cette Ag, le championnat de football dans la ligue régionale du Centre reste ininterrompu.
En lieu et place du vote des sous-préfets ou de leurs représentants, seuls deux commissaires représenteront le gouvernement avec notamment le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (Minatd) et le ministère des Sports et de l’Education physique (Minsep). Aussi, les règles ont été revues s’agissant du poste du président ou la vacance du pouvoir, ainsi que de la probable candidature du secrétaire général de la Fécafoot à la présidence, poste qui sera soutenu dans le cas échéant par un secrétariat technique. En ce qui concerne la procuration, elle est désormais «interdite».
«[i]C’était logique que ces textes soient adoptés à a majorité, mais nous sommes contents parce que ces travaux ont permis que nous nous réunissons et nous discutons, les yeux dans les yeux[/i]», confie Etienne Tamo, membre de l’assemblée générale de 2009.

[b]Guy Hyacinthe Owona[/b]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *