Cameroun: Les quatre vérités de Peter Essoka sur le cas Afrique Media

Le vice-président du Conseil national de la Communication considère ce 09 juin 2015 que certains programmes de la télévision panafricaine mettent en péril les relations diplomatiques entre le Cameroun et ses partenaires internationaux. [b]Propos recueillis.[/b]
«[i]Nous sommes dans une situation où il faudrait que l’on fasse très attention. Je n’ai rien contre Afrique Media. C’est une bonne chaine. Mais ce qu’on lui reproche c’est la façon de faire les choses. Dans une profession comme le journalisme qui est une profession noble, il faut éviter d’inviter des gens à gauche, à droite qui viennent dire n’importe quoi. Si Afrique Media dit que nous n’avons pas eu de concertation avec eux, c’est absolument un mensonge.[/i]
[i]Pour la première fois ils sont venus au Conseil, c’est moi-même qui présidais. Nous leur avons donné une leçon sur la responsabilité du journalisme, nous les a conseillées de faire attention avec les gens qu’ils invitent pour participer à leurs émissions. Ils ont dit merci. Nous ne les avons pas sanctionnés. Ils sont venus avec trois ou quatre avocats pour les défendre. Mais après notre rencontre, ils étaient battus, je peux dire. Nous leur avons dit que c’est ce que l’on fait au conseil. Ils ont dit qu’ils vont changer.[/i]
[i]A cette époque, ils ont organisé une émission ou ils m’ont insulté, ils m’ont taxé de tous les noms possibles. Mais cela ne m’a rien dit.[/i]
[i]Cette deuxième fois, ils ont commis les mêmes erreurs et nous les avons toujours convoqués. Ils sont venus avec les mêmes gens ; les avocats bien habillés comme s’ils allaient a la justice pour se défendre. Mais nous leur avons dit que nous ne sommes pas une cour pour juger les gens. Nous leur avons parlés et leur avons dits qu’ils avaient tort dans leur manière de faire et de dire dans certaines de leurs émissions.[/i]
[i]Ils généralisent tout, ils insultent… On pouvait même avoir un incident diplomatique parce qu’ils disent n’importe quoi sur les Nations qui sont nos partenaires. Aujourd’hui il’ m’accusent d’être payé par la France a coups de sommes exorbitantes pour que je trahisse mon pays. Mais qui est en train de trahir le Cameroun ? Ces gens qui ont dit, qui ont déclaré qu’ils ont le soutien de la Guinée équatoriale et du Tchad – c’est malheureux que j’appelle les noms de nos amis. Je ne crois cependant pas que la République du Tchad ou la République de Guinée équatoriale est là pour déstabiliser le Cameroun en utilisant un medias qui ne prend pas en considération les règles de la profession. Voilà les raisons pour lesquelles nous avons décidé de les sanctionner.[/i]
[i]Pour les décisions, les huissiers sont en train de les distribuer. Et ils vont recevoir la leur[/i]».

[b]William Bayiha[/b]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *