Société

Cameroun: Les étudiants de l’Ecole de géologie de Meiganga en colère

Furieux entre autres, du non-paiement de leurs primes, de la non-conformité des conditions d’éligibilité y relatives avec les autres universités et du manque d’équipements dans leurs laboratoires, ces derniers menacent de descendre dans la rue si rien n’est fait pour remédier à la situation.

Les problèmes que rencontrent les étudiants de l’Ecole de géologie et d’exploitation minière (Egem) de l’Université de Ngaoundéré, sont loin d’être finis. Eux qui croyaient que l’arrivée d’un nouveau directeur à la tête de cette institution devait les faire sortir de l’auberge, se sont trompés sur toute la ligne. Réunis en collectif, ils n’ont pas manqué de le souligner dans une lettre adressée le 17 juillet dernier au directeur de l’Egem, le Pr Abdoul Wahabou. « C’est avec une grande tristesse dans le cœur, les larmes aux yeux et la déception dans l’âme, que nous approchons une énième fois votre très haute personnalité pour une même plainte. A l’entame, nous voulons vous confesser que lorsqu’on apprît que nous aurons un nouveau directeur, c’est rempli d’allégresse et d’enthousiasme que nous encaissâmes la nouvelle car nous pensâmes que changement rimait forcement avec progrès mais hélas, vous avez vite fait de tuer cet espoir. Malheureux que nous sommes ! », S’indignent-ils.

Avant de faire le procès du mandat de l’actuel directeur. « c’est sur votre règne qu’on enregistre les notes les plus déplorables jamais enregistrés depuis longtemps dans cette école ; c’est sur ce même règne que certains enseignants sont devenus plus despotiques qu’avant, pour couronner le tout, c’est encore sur votre règne que la prime d’excellence qui autrefois était attribuée de facto à tout étudiant ayant traversé le niveau 3, s’est vue l’accessibilité tarabiscotée par l’avènement des conditions presque impossibles à remplir », s’offusquent-ils. Selon ces derniers, ces conditions sont impossibles à remplir parce que le directeur abrite au sein de cet établissement, des enseignants à la pédagogie douteuse.« Ne vous-êtes-vous donc pas posé la question de savoir pourquoi aucun étudiant des filières Mines-géologie et Génie minier n’est éligible ? Sont-ils si faibles ?…moins de 20 étudiants éligibles sur plus de 195… », Interrogent-ils le directeur. Ces étudiants taxent également le Pr Abdoul Wahabou de magouilles. Car disent-ils « l’un de nos camarades nous a certifié vous avoir rencontré pour aborder la question et que vous lui avez montré des documents venus tout droit du ministère attestant ce renouvellement des conditions d’éligibilité. Mais ce qui est étrange, a-t-il martelé, c’est l’absence de la signature du ministre ou tout autre élément qui prouverait que cela provient bel et bien du Minesup. Quelle incongruité ! Quelle maladresse ! Quelle ironie ! ».

Laboratoires de formation

Après avoir accordé le bénéfice du doute à leur directeur ces derniers se sont rendus compte à l’issue de nombreuses enquêtes que les règles qui sont appliquées dans leur établissement ne sont pas les mêmes que celles appliquées ailleurs notamment dans les Universités de Yaoundé I, Douala, Dschang, etc.Déduisant que leur maltraitance provient certainement du fait qu’ils sont très tempérés et placides ils promettent de passer à la vitesse supérieure pour avoir un traitement meilleur. « Si vis pacem, para bellum ; celui qui veut la paix, doit préparer la guerre », avertissent-ils, non sans prévoir boycotter les cours et descendre dans la rue si les points suivants ne sont pas appliqués: que la prime soit délivrée avec les mêmes conditions que les années précédentes ou alors que les conditions d’éligibilité soient réellement conformes à celles des autres universités ; que les notes de session normale respectentau mieux ce que dit la docimologie.

Ils réclament en outre, la mise à la disposition du grand public, les corrections des épreuves de contrôle continu ; l’humanisation des conditions de dispensation des cours à travers le respect des règles de base de la pédagogie et le transfert de laboratoires de décoration aux laboratoires de formation car « il est inadmissible que nos laboratoires ne
soient utilisés que pour soutenir un mensonge national », déclarent-ils.

Rostand TCHAMI

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer