Cameroun – Législatives 2020: Les députés qui seront vomis à L'Est

La ville de Bertoua

Durant ces six dernières années de mandature, ces élus locaux n’ont rien réalisé pour la base militante.

« Sont-ils vraiment les candidats de la base militante? Du moins, pour nos frères et sœurs du rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) ?» interrogent quelques leaders et analystes de la scène politique à Bertoua. Ceci compte tenu des tripatouillages, des micmacs et magouilles qui ont émaillé le processus de présélection dans la formation politique qui trône depuis une trentaine d’année au pouvoir, on est droit de dire que le RDPC agonise déjà dans la région de l’Est. Les caciques manœuvrent pour les préservation de leurs intérêts personnels au sein des conseils municipaux et à la chambre basse. Le dernier mandat (2013-2019) à l’Assemblée nationale, c’est 8 millions de FCFA par an destinés pour les fonds des micros projets parlementaires.

« Durant 6 ans de mandature, nos élus du peuple ont croqué 48 millions de FCFA. Sans réaliser un micro projet, n’en parlons pas d’un rendu des sessions.» déclare un acteur de la société civile tout courroucé avant de s’interroger sur le bilan de ceux-ci. « Connaissez vous un député qui a rendu compte à ses populations en public? Connaissez-vous un député sur les 11 que compte le Soleil Levant qui a fait des dons en nature dans son département ou arrondissement ? Si oui, on les compte au bout des doigts. Mais curieusement sans avoir honte reviennent implorer la miséricorde du bas peuple qu’ils narguent dans leurs grosses cylindrées. Honnêtement ils doivent d’abord faire un examen de conscience avant de prétendre à quoique ce soit en 2020». Cette réaction se justifie par le simple fait que de septembre 2013, à nos jours la base militante attend toujours une tournée parlementaire, soit de remerciement ou de restitution parlementaire.

Ces parlementaires sans foi, ni conscience ont repris les mêmes habitudes pour recommencer, notamment dans le Lom et Djerem avec la bénédiction de quelques caciques du régime. « On a écarté purement et simplement les jeunes, les couches vulnérables, les femmes etc. Bref, ils ont balayé d’un revers de la main, les directives du président national du RDPC qui en a visiblement marre de la vieille garde. Comme pour dire qu’il ne leurs fait plus confiance car ils l’ont longuement induit en erreur».

Déclare responsable du Renouveau. Les résultats du 09 février 2020 ne seront pas une surprise avec des noms que l’on connaît, quel sera le message de campagne? Quel bilan présenteront-ils à la population puisqu’ils ne sont pas l’émanation de celle-ci? Vont-ils se comporter comme les sénateurs en 2018? Ils disaient que la première mandature avait été consacrée à l’apprentissage… Dans le Lom et Djerem, le collège électoral les a sanctionné en accordant 22 voies à l’opposition. Or, toutes les 08 communes sont aux couleurs du parti du flambeau. C’était la traduction de la colère de la base militante contre ces croulants qui ne veulent libérer le planché.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *