Actualité

Cameroun – L’effet Tchuenkam : libération de 03 détenus après 13 ans de prison sans jugement

Qui se souvient encore de l’affaire Djomo Pokam,ce jeune étudiant inscrit en année de Maîtrise ,filière Chimie à l’université de Yaoundé 1 qui, un matin du 21 Août 2006 avait été retrouvé mort au bas de l’arrière de l’hôtel Hilton à Yaoundé après que ses bourreaux l’aient jeté par l’une des fenêtres de l’hôtel depuis le 8 ieme étage.

C’est donc cette affaire qui avait fait couler beaucoup d’encre et de salives qui est au coeur de la libération ,que dis je,de l’acquittement pur et simple pour faits non établis de 03 innocents qui croupissaient jusque-là à la prison centrale de Kondengui depuis 13 ans.Ces derniers avaient étaient condamnés au Tribunal de Grande Instance pour deux d’entre eux à 20 ans et pour le dernier à 15 ans de prison ferme. La cour d’appel du Centre vient d’établir leur innocence.

Ils étaient ,pour certains soient Électriciens ou agents d’entretien en service à l’hôtel Hilton et leur malheur réside dans le fait qu’ils étaient en service ce jour, au moment où avait eu lieu l’assassinat de l’étudiant Djomo Pokam.

Depuis toutes ces années ,ils n’avaient eu de cesse de clamer leurs innocence.Ils étaient toujours à Kondengui.De ce qui se disait de leur dossier , que ce soit dans la presse ou même dans les chaumières, les vrais coupables étaient toujours en liberté .La presse avait d’ailleurs en son temps mobilisé quelques indices à partir de certains éléments objectifs en leur possession pour avancer quelques noms des principaux suspects. Mais personne parmis ces noms n’a effleuré la prison à ce jour.Mais passons.

Personnellement, j’en connais deux de ces détenus qui ont été innocentés ce jour et qui,à Kondengui étaient restés d’une rare exemplarité sur le plan comportemental. D’abord, mon ami Koupoukong Félix. Ce cinquantenaire avait fini par se résigner sur son sort quand je fais sa connaissance dans ce mouroir de kondengui. Il a ouvert une boutique au quartier 1 où il était résident en menant parallèlement ses activités de coordonnateur des activités de la communauté protestante de Kondengui pour le compte de ce quartier.Un véritable substitut de tous les pasteurs protestants qui venaient nourrir les brebis détenus tous les dimanche au quartier 1 de la prison de Kondengui .C’etait leur homme à tout faire. À côté de lui,un certain Onambele, devenu l’électricien attitré de toute la prison.C’etait vers lui que les autorités pénitentiaires accouraient chaque fois qu’ils faisaient face à un problème d’électricité dans un des quartiers de la prison.C’est d’ailleurs lui qui s’occupait du vétuste groupe électrogène de cette prison et en gardait les clés sur lui.Que ce soit Onambele ou Koupoukong ,nous étions tous logés au quartier 1 et leur complice quant à lui était au quartier 8 (l’un des quartiers du Kosovo). En bref, Je garde une image positive de l’ensemble de ce groupe et,principalement de l’ancien d’église Félix Kopoukong qui avait pris plaisir à me partager leur histoire pathétique .

Malgré la condamnation en instance,ils avaient gardé la foi dans leur innocence qu’un jour,ils seraient restaurés.Ce qui vient d’ailleurs d’être fait.Toute ma reconnaissance aux magistrats de la cour d’appel du Centre qui ont prononcé cette décision.

Je salue l’issue heureuse pour ces compatriotes qui retrouvent leur liberté ce jour alors qu’ils n’y croyaient plus.Une gratitude mesurée à l’endroit de la justice qui vient , bien que tard mais nécessairement d’établir leur innocence. Tout notre souhait est de voir de nombreux cas d’injustices être réglées à travers une celerisation des procédures qui contribuerait par conséquent à désengorger cette prison conçue pour recevoir 800 pensionnaires mais qui en est à ce jour à près de 5000 détenus, dont 80% simplement en détention préventive sans jamais avoir été jugés.

J’ai pour cela une pensée émue à l’endroit de mes deux petits frères adoptifs qui y sont détenus depuis 4 ans de ce côté sans jugement. Il s’agit de TSOUNGUI EDDY et BOUTTIAUX MANGA MELKIOR STEPHANE qui y sont avec 03 autres co-accusés parmis lesquelles une jeune fille.Le jeune Melkior aux dernières nouvelles était souffrant . Il a perdu la motricité de son pied gauche.Ces jeunes compatriotes implorent la justice de les juger. Ils crient à l’innocence dans un dossier concernant le fils d’un général retrouvé mort il y’a quelques années au niveau des rails à Yaoundé . J’implore le tribunal de grande instance centre administratif de Yaoundé d’accélérer la procédure de ces gamins et de les juger.Ils meurent à petit feu.

Par la même occasion, J’implore les autorités judiciaires de notre pays à se revêtir d’humanité et d’empathie pour ces nombreux cas d’injustices qu’il y’a dans nos prisons. Que nos autorités judiciaires fassent recours à l’usage des peines alternatives ou à d’autres mesures qui pourraient alléger la douleur des justiciables qui se retrouvent à attendre indéfiniment un jugement qui n’arrive pas toujours dans le cadre strict défini et delimité par la loi (6 mois renouvelable une fois en première instance soit 12 mois au total et 6 mois renouvelable 2 fois en grande instance soit 18 mois) . Le non respect de ces dispositions laisse libre cours à des conséquences socio-professionnelles,familiales ,psychologiques désastreuses.

Je suis une victime de l’injustice.Je sais ce que c’est que l’injustice. Je l’ai subi et bu jusqu’à la lie.Le responsable dans mon cas est connu.Sa fausse facture fabriquée par lui est là et publique.Ses avocats l’ont renié au tribunal. J’espère qu’un jour ,cette justice me rétablira dans mes droits.J’attendrai d’ailleurs le temps qu’il faut car s’il y’a bien une vertu qui s’impose à vous en prison, c’est bien LA PATIENCE. Notre société a besoin d’une justice juste.Une justice qui ne fléchit pas sous le coup des fluctuations matérialistes ou de quelques acteurs aussi bien Institutionnels que non institutionnels.

J’ai saisi le président de la République cette semaine pour qu’il y’ait un véritable audit sur l’état de nos prisons et des procédures qui gardent de nombreux innocents en prison.J’espere que ma correspondance trouvera un retour favorable pour le bien de notre pays et surtout que notre justice ne soit plus au coeur des frustrations mais au centre de l’harmonie et de l’équilibre sociétal.

Bon retour à la liberté mes chers Kopoukong, Onambele et à votre complice.Puisse Dieu vous restaurer pour rattraper tout ce que vous avez perdu.

Illustration de l’article : la photo de Djomo pokam assassiné en 2006

David EBOUTOU

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer