Cameroun: Le MINTP adopte de nouveaux outils de pilotage

Le tableau de bord, le journal de chantier révisé et le manuel de procédures qui seront désormais adossés à chaque projet ont été présentés hier aux responsables des services centraux, déconcentrés et des organismes sous tutelle du Mintp.
Une nouvelle ère s’ouvre dans le management des projets d’infrastructure au Cameroun avec l’adoption de nouveaux outils modernes de management des projets d’infrastructures. Les documents cadres de ces outils de pilotage ont en effet fait l’objet d’une présentation en vue de leur parfaite maîtrise, de leur appropriation et de leur vulgarisation par les responsables du ministère des Travaux publics (Mintp). C’était à l’ouverture de la conférence annuelle des services centraux, déconcentrés et organismes sous tutelle du Mintp qui se tient depuis hier dans les locaux de l’Ecole nationale des travaux publics à Yaoundé. L’instauration du tableau de bord de suivi de projets (Tabord) du journal de chantier révisé, du manuel de procédures et de directives de l’entretien routier rentre dans la dynamique de la réforme de la gouvernance des projets, engagée par Emmanuel Nganou Djoumessi, Mintp, dans le but de «parvenir à l’optimisation de l’utilisation au sein du Mintp des ressources mises à disposition pour la construction et l’entretien des routes. Ce qui permettra d’atteindre les objectifs assignés au gouvernement par le chef de l’Etat avec efficacité, efficience et économie», indique Nganou Djoumessi. Selon le Mintp, les objectifs visés par ces instruments sont entre autres la rationalisation de l’usage des outils de suivi des projets, pour ce qui est du Tabord et du journal de chantier, qui feront désormais partie de la gestion quotidienne, et l’élaboration d’une stratégie de vulgarisation et d’appropriation par tous les intervenants du secteur des infrastructures, du manuel de procédures. Cette conférence qui se tient sous le thème «Renforcement de la gouvernance des projets pour une exécution et une mise à niveau optimale des infrastructures», est « le cadre privilégié de l’évaluation de la stratégie de construction et de maintenance des infrastructures routières et de définition des mesures correctives immédiates», a confié Emmanuel Nganou Djoumessi. Il s’agit concrètement de régler le problème de performance qui plombe la conduite de nombreux projets d’infrastructures, avec à la clé une contre-performance du système d’entretien routier, marqué par de nombreuses résiliations de contrats. Ce qui a contribué à une forte dégradation du réseau routier constitué, selon les chiffres de 2014, de 53% de mauvaises routes dans le réseau principal, 28,6% dans un état passable et seulement 18,1% en bon état.
C’est compte tenu de ces statistiques et de la perspective des CAN 2016 et 2016, que les travaux de cette première conférence présidée par Emmauel Nganou Djoumessi, arrivé au Mintp à la faveur du réaménagement du 5 octobre 2015, revêtent une forte coloration routière, en ce qui concerne les priorités de 2016. «Je reconnais que l’état du réseau routier est préoccupant. C’est pour cela que nous allons travailler pour la réhabilitation de certains axes routiers dans les plus brefs délais», a déclaré le Mintp. Ainsi, sont concernés les tronçons Yaoundé-Douala-Limbé-Idenau, Yaoundé-Ebolowa-Ambam, Yaoundé-Bafoussam-Bamenda, Ngaoundéré-Garoua et Maroua-Mora-Kousseri dont les travaux interrompus par les actes de la nébuleuse islamiste Boko Haram, reprendront bientôt, après une restructuration en régie. Ils seront réalisés par le Génie militaire sur financement de la Banque mondiale. Il est également question au cours de ces assises, de programmer les travaux d’entretien routier pour l’exercice 2016.

Simplice Oyono

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *