Cameroun: Le Maire Tamba bloque une campagne du MRC, la tension monte! 🇨🇲🗳️💥

Tamba Augustin

Nouvelle étincelle dans le climat politique déjà électrique au Cameroun. Le Maire de Yaoundé 7, Augustin Tamba, vient de bloquer manu militari une campagne de sensibilisation du MRC sur les inscriptions électorales. Un incident qui illustre la fébrilité du pouvoir face à l’approche des échéances cruciales, et qui risque d’envenimer davantage les relations avec l’opposition.

Une simple campagne d’inscription qui vire au bras de fer politique

C’était pourtant une opération de routine en cette période pré-électorale. Les militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), le parti de Maurice Kamto, étaient déployés à Yaoundé 7 pour une campagne de sensibilisation des citoyens à l’inscription sur les listes électorales. Une démarche classique pour tout parti politique soucieux de mobiliser sa base à l’approche des consultations à venir, comme le rapporte 237online.com.

Mais c’était sans compter sur l’intervention musclée du Maire de l’arrondissement, Augustin Tamba, pourtant issu du RDPC, le parti au pouvoir. Arguant que l’inscription sur les listes électorales est conditionnée à une preuve de résidence dans la circonscription, l’édile a tout bonnement interdit la poursuite de l’opération, au mépris des dispositions légales en vigueur. Un blocage perçu comme une manœuvre d’intimidation visant à entraver l’implantation locale du MRC.

Paul Atanga Nji, le pompier pyromane du régime?

Pour de nombreux observateurs, cet énième accroc entre le MRC et les autorités locales traduit la fébrilité d’un pouvoir sur la défensive à l’approche d’échéances potentiellement à risque. Une tension exacerbée par les récentes sorties va-t-en-guerre du Ministre de l’Administration Territoriale, Paul Atanga Nji, connu pour sa rhétorique inflammable à l’égard de l’opposition.

« Après les menaces à peine voilées d’Atanga Nji, on assiste à une surenchère des responsables locaux du RDPC qui se sentent pousser des ailes pour réprimer le MRC« , estime un politologue joint par 237online.com. Pour ce dernier, le régime joue avec le feu en attisant les braises de la confrontation, au risque de radicaliser une opposition qui peine déjà à contenir sa base la plus remontée.

Le spectre d’un nouveau bras de fer MRC-Pouvoir

Car en s’attaquant frontalement au MRC sur le terrain même de la mobilisation électorale, le Maire Augustin Tamba et ses inspirateurs prennent le risque d’un nouveau bras de fer potentiellement dommageable pour la stabilité du pays. Déjà, les réseaux sociaux bruissent de la colère des sympathisants de Maurice Kamto, qui dénoncent une « énième provocation » et une tentative de « confiscation du processus électoral ».

Certains n’hésitent pas à agiter le spectre des micros événements post-électoraux de 2018, qui avaient vu des dizaines de Camerounais descendre dans la rue pour contester la réélection de Paul Biya, sur fond d’accusations de fraude. Un scénario noir qui hante les esprits, et que beaucoup redoutent de voir se reproduire à la faveur de cette nouvelle escalade.

Pour l’heure, le MRC n’a pas encore officiellement réagi à cette énième entrave à ses activités. Mais en coulisses, le parti affûte sa riposte juridique et politique pour faire face à ce qu’il considère comme une « persécution » en règle. De quoi faire peser de lourdes incertitudes sur le climat dans lequel se dérouleront les prochaines joutes électorales. Et raviver le spectre d’un nouveau choc frontal entre un pouvoir arc-bouté sur ses prébendes, et une opposition déterminée à en découdre. Le Cameroun retient son souffle.

Par Noël Tchoussa pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *