Cameroun: Le fils d’un conseiller spécial de Paul Biya assassiné à Yaoundé

Le corps du sergent William Fouda a été retrouvé mutilé hier matin sur les rails. [pagebreak]Le corps d’un homme en tenue de sport a été retrouvé hier matin près des rails plus précisément derrière le bâtiment du supermarché Orca. De source bien introduite, il s’agit de la dépouille du sergent William Fouda, fils du Contre-amiral Joseph Fouda, conseiller spécial du chef de l’Etat, Paul Biya. Venant de la poste centrale, du coté de l’agence centrale d’électricité, il gisait près de la passerelle qui relie les abords du ruisseau le Mfoundi, en face de la voirie municipale. «Il a été jeté à cet endroit par ses bourreaux, qui pensaient certainement qu’un train passerait par là, afin de brouiller les pistes de leur forfait. Ce qui n’a pas été le cas et la supercherie a été évitée de justesse», confie une source digne de foi.
Hassan N., qui passe régulièrement ses nuits à la belle étoile à cet endroit nous fait savoir : «très tôt ce matin, quand je revenais de Mvog-Mbi, j’ai appris qu’il y avait un corps près des rails. Je suis allé voir de près et j’ai vu ce corps d’homme couché sur le ventre sans vie». Pressé de s’en aller, le jeune homme lâche en partant: «Ils sont là, ceux qui nous ont interdit tout commentaire en rapport avec ce corps. Ils nous surveillent à distance pour s’assurer que nous ne commentons rien…» Des dispositions, qui permettent de comprendre que le drame ne concerne pas un individu quelconque, mais bien la progéniture d’un proche collaborateur du chef de l’Etat.
Il se pourrait que, lorsque les militaires et les éléments de la garde présidentielle sont arrivés sur les lieux du crime, ils ont établi une ceinture de sécurité dans un rayon empêchant tout accès au public dans la zone où se trouvait le défunt. C’est d’ailleurs, les éléments de la garde présidentielle, à laquelle il appartenait apprend-on, promotion 2006, qui ont récupéré la dépouille pour une morgue de la ville, dont l’identité ne nous a pas été donnée.
Sous cape, une source nous confie : «ce militaire travaille dans les locaux du ministère de la Défense, non loin de l’endroit où il a été retrouvé sans vie. Je ne pense pas qu’il se soit fait renverser par un train tel que je l’ai vu. Je pense plutôt qu’il est mort bien avant, et que ses bourreaux ont transporté sa dépouille à cet endroit pour ne pas laisser de trace de leur crime », explique une personne des lieux en se cachant. Une enquête a été aussitôt ouverte pour élucider le plus rapidement possible les causes de ce décès.
Le Contre-amiral Joseph Fouda, avant sa nomination comme conseiller spécial du Chef de l’Etat Paul Biya aura été pendant plus d’une dizaine d’années voire une vingtaine, son garde corps. Avec son grade, il devenait certainement compliqué qu’il tienne toujours ce rôle ; d’où sa «promotion ». Encore qu’il est resté très proche du président de la République, puisqu’il est très souvent membre de sa suite officielle dans la plupart de ses déplacements. La proximité entre les deux hommes feraient-elles des jaloux ? Susciteraient-elles des amertumes, pour qu’on le lui fasse payer d’une aussi douloureuse manière ? La visite du secrétaire général à la Francophonie aura-t-elle été l’occasion de distraire le maximum de personnes ? Le saura-on jamais.
Toujours est-il, qu’il y a quelques années, c’est un autre «fidèle» au chef de l’Etat, qui perdait son fils dans des circonstances semblables. L’enfant du colonel Etienne Hollong, haut responsable de la sécurité présidentielle, avait été victime d’un assassinat à Yaoundé. Il était officier de police.

Thierry Etoundi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *