Société

Cameroun: Le « fantôme » de Mebe Ngo’o hante la presse Camerounaise

Le fils de « dieu » a été finalement écroué au pénitencier de Nkodengui. Après moult tractations.

On le disait invulnérable, intouchable, protégé par le « père ». Le ministre de la défense est tombé. Mebe Ngo’o est rentré à la prison centrale de Yaoundé Nkondengui. Les journaux Repères et la voix du centre se sont donnés rendez-vous pour titrer à l’unissons : Mebe Ngo’o à Kondengui : « Enfin ! », « Depuis le vendredi 8 mars 2019 aux environs de 23 heures et 10 minutes, l’ancien ministre délégué auprès de la présidence de la République en charge de la Défense (Mindef) est placé sous mandat de détention provisoire à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé » Et, Pour beaucoup de ses concitoyens, cette incarcération arrive « trop tard ».

Pour L’Indépendant économie, Le Jour, Emergence et La Nouvelle c’est « le film de l’arrivé de Edgar Alain Mebe Ngo’o » le Golden Boy de Zoételé est placé sous mandat de détention provisoire et écroué au quartier 14, local 03, du célèbre pénitencier. Mutations, paraissant à Yaoundé a fait « entrer l’accusé » dont Le Soir décrie « comment Mendo Ze accueilli Mebe Ng’o dans sa cellule »

Une affaire de gros sous, pour L’Essentiel qui parle de « la chute de Mebe Ngo’o ». L’ancien ministre de la Défense, et trois présumés complices séjournent depuis le 08 mars dernier à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé. Une incarcération retentissante qui fait suite à un mandat de détention préventive délivré contre eux par le Tribunal criminel spécial dans une sombre affaire. On parle déjà d’un détournement de 195 milliards Fcfa.

Et aussi une affaire de famille. L’Anecdote s’intéresse à « la femme fatale Bernadette Mebe Ngo’o ». L’épouse de l’ex-Mindef, placé en garde à vue le 08 mars dernier au Tcs, porte les pêchés qui ont entrainé la chute de son époux et de sa famille. Son appétit insatiable et son goût prononcé pour l’accumulation compulsive des biens matériels et financiers, ont fini par avoir raison de celle qu’on appelait « la Dame de fer ».

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer