Société

Cameroun : Le Dr Fridolin Nke dit avoir reçu trois grosses gifles à la Semil

Fridolin Nke dit être en détention contre son gré dans les locaux de la sécurité militaire. Cet enseignant de philosophie mène depuis plusieurs semaines un plaidoyer pour le retour de la paix dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Une vidéo de trois minutes 15 secondes fait le tour de la toile depuis ce 20 septembre 2021. L’image met en scène le philosophe Fridolin Nke qui se trouve visiblement en difficulté dans un service militaire. Cet enseignant à l’université de Yaoundé I affirme être dans le bureau du chef de la Division de la sécurité militaire contre son gré. « Ils m’ont arrêté et m’ont obligé à faire cette vidéo par force. Au lieu d’avoir un débat avec un philosophe, on le gifle. Je suis contre la guerre dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Je suis contre la mort des Camerounais. Je veux qu’on trouve une solution à cette guerre je suis prêt à mettre mon énergie philosophique à ce débat. Je le dis dans ce bureau malgré toute la violence dont j’ai été victime », affirme le philosophe Nke.

L’enseignant mène depuis deux mois sur les réseaux sociaux une campagne de sensibilisation pour un cessez-le-feu dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest frappées depuis 2016 par une crise socio-politique. Ladite crise qui ne cesse de faire les dégâts sur le plan humain du côté des civils comme du côté des forces de maintien de l’ordre.

Ce qu’on peut qualifier de l’affaire Colonel Bamkoui contre Fridolin Nke a déclenché depuis deux mois au mois de juillet 2021. Le samedi 10 juillet 2021, le philosophe annonce sur sa page facebook qu’il allait faire un direct le jour qui suivait à 17h pour parler du chef de la Division de la sécurité militaire. Un jour après cette publication annonçant le direct, un échange téléphonique entre l’enseignant de l’université et le chef de la Division de la sécurité militaire a fait le tour de la toile. Dans cet échange téléphonique « violent », le directeur de la Sémil met l’universitaire en garde de renoncer à son projet de faire un direct sur lui et sur l’armée. Sauf que l’enseignant de l’université ne s’est pas laissé faire en rappelant à son interlocuteur qu’il est une personnalité publique et toute personne peut parler de lui.

A la suite de l’échange téléphonique entre les deux protagonistes, Fridolin Nke reçoit une convocation à se présenter le 21 juillet 2021 à la division de la Sécurité militaire. Il lui est reproché comme motif : incitation à l’insurrection et la mutinerie au sein des forces de défense. Le philosophe avait refusé de répondre à la convocation à lui adressée. La convocation du philosophe à la Sécurité militaire avait été qualifiée par plusieurs hommes politiques et défenseurs de droits de l’homme comme étant une méthode d’intimidation à l’égard d’un libre penseur. Hier l’Ong Mandela Center international a dénoncé la barbarie et la brutalité dont le philosophe est victime dans les locaux de la sécurité militaire. Lorsque nous allions sous presse ; le Dr Fridolin Nke a été libéré et conduit dans un centre hospitalier.

Prince Nguimbous

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page