Cameroun : Le clash Eto’o-Ngoh Ngoh enflamme les médias

Ferdinand Ngoh et Samuel Etoo

La brouille entre Samuel Eto’o, président de la Fecafoot, et Ferdinand Ngoh Ngoh, secrétaire général de la présidence, sur la gestion des Lions Indomptables, s’invite dans les colonnes des grands médias camerounais. Décryptage d’une partie d’échecs médiatique à hauts risques.

Hilton Hôtel : l’humiliation du staff d’Eto’o

La confusion était totale ce week-end dans le hall de l’hôtel Hilton de Yaoundé, QG de la sélection camerounaise. En cause : la présence de deux staffs concurrents, l’un de la Fecafoot, l’autre du ministère des Sports, venus accueillir les joueurs convoqués pour préparer les éliminatoires du Mondial 2026. D’après les informations recueillies par 237online.com, après des heures de lutte d’influence, l’équipe d’Eto’o, privée de réservations, a dû quitter les lieux vers 22H. Une retraite vécue comme une humiliation par le président de la Fédé, qui n’a pas réussi à imposer ses hommes malgré un accord de principe avec le coach Brys.

L’ombre de Ngoh Ngoh, le « parrain » du ministre des Sports

En coulisses, ce revers en forme de désaveu pour Eto’o porte la marque de Ferdinand Ngoh Ngoh. Le tout-puissant SGPR, qui ne goûte guère les velléités d’indépendance de l’ancien buteur, a mis tout son poids pour faire entériner les choix du ministre Narcisse Mouelle Kombi, son protégé. Intransigeant, Ngoh Ngoh aurait même convoqué la DG du quotidien gouvernemental Cameroon Tribune pour la tancer vertement. Son tort ? Avoir publié un communiqué de la Fecafoot qui ne cadrait pas avec la ligne officielle. Signe d’une escalade dans la guerre d’usure que se livrent les deux camps…

CRTV vs Cameroon Tribune : la presse publique écartelée

Prise en étau entre Eto’o et Ngoh Ngoh, la presse d’État navigue à vue. Quand Cameroon Tribune relaie sans sourciller la mise au point de la Fecafoot envoyée par le cabinet civil de la présidence, la CRTV semble suivre une ligne éditoriale contraire, plus proche des desiderata du SGPR et de son champion, le ministre Kombi. Une dichotomie qui illustre le grand écart auquel sont soumis les médias publics, sommés d’arbitrer un conflit qui les dépasse. Tiraillés entre des injonctions contradictoires et des logiques de camps, leur marge de manœuvre se réduit comme peau de chagrin…

Un duel fratricide aux allures de bras de fer personnel Au-delà des questions de prérogatives, la crise qui secoue la tanière des Lions met surtout en lumière le choc de personnalités entre Eto’o et Ngoh Ngoh. D’un côté, un président de fédération jaloux de son autonomie, bien décidé à faire entendre sa voix. De l’autre, un homme de l’ombre rompu aux arcanes du palais, qui n’entend pas se laisser dicter sa conduite. Entre les deux, une rivalité de plus en plus ouvertement assumée, une lutte d’ego où tous les coups sont permis. Pendant ce temps, le football camerounais, pris en otage par ce duel fratricide, reste le grand perdant…

Par Serge Emani pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *