Cameroun : Le Baume François, remède miracle ou menace sanitaire ? Le débat fait rage ! 😱💊

Bome François

Le Baume François, ce produit ancestral adoré de nos grands-mères, est dans la tourmente. Sur injonction du ministre de la Santé Publique, l’Ordre National des Pharmaciens du Cameroun a demandé son retrait du marché, arguant d’un non-respect des normes. Une décision qui suscite l’incompréhension et la colère chez de nombreux Camerounais, pour qui ce baume est un véritable soulagement au quotidien.

Quand la tradition se heurte à la réglementation 🌿🚫

Au cœur de cette polémique, un clash entre deux visions. D’un côté, les défenseurs du Baume François, qui voient en lui un remède miracle transmis de génération en génération. De l’autre, les autorités sanitaires, garantes de la sécurité des produits vendus sur le territoire. Le non-respect des normes en vigueur est pointé du doigt, justifiant cette demande de retrait. Mais pour les usagers, c’est tout un pan de leur culture et de leur bien-être qui est menacé.

Un soulagement ancestral menacé 👵💔

Comme le souligne avec émotion un internaute sur 237online.com, le Baume François est le compagnon fidèle de nombreux seniors dans nos villages. « Comment vais-je dire à grand-mère qu’on retire le produit qui soulage ses douleurs au quotidien ?« , s’insurge-t-il. Une détresse partagée par de nombreuses familles, pour qui ce baume est bien plus qu’un simple produit : c’est un lien intergénérationnel, un savoir précieux transmis par les anciens.

Deux poids, deux mesures dans le contrôle des produits ? ⚖️🤨

Autre grief soulevé par les défenseurs du Baume François : le sentiment d’une injustice face aux produits importés. « Est-ce que le Small No Bi Sick qui vient du Nigeria respecte cette norme ? », interroge avec malice un commentateur. Une question qui met en lumière les failles dans le contrôle des produits étrangers, souvent perçus comme moins regardants sur les réglementations. De quoi nourrir un sentiment de deux poids, deux mesures, voire de complot contre un fleuron local.

L’ordre des pharmaciens, bouc émissaire ou gardien de la santé publique ? 💊🔍

Au cœur des critiques, l’Ordre National des Pharmaciens, accusé de vouloir mettre à mal tout un écosystème local. « Vous voulez mettre tout ce monde au chômage, pourtant à travers ça ils nourrissent leurs familles », s’indigne un internaute. Un cri du cœur qui révèle l’importance socio-économique du Baume François, bien au-delà de ses vertus thérapeutiques. Mais pour l’Ordre, il en va de la santé publique et du respect des normes, indispensables pour garantir la sécurité des consommateurs.

Vers un dialogue pour sauver le baume François ? 🤝💡

Face à cette polémique qui enfle, une seule issue possible : le dialogue. Comme le souligne judicieusement un commentateur, « Monsieur le Ministre, ce pays est compliqué, il faut éviter le piège« . Un appel à la concertation et à la recherche d’une solution conciliant tradition et sécurité sanitaire. Pourquoi ne pas envisager une mise aux normes du Baume François, pour le pérenniser tout en le sécurisant ? C’est tout l’enjeu des discussions à venir.

Car au-delà d’un simple produit, c’est toute une partie de l’âme camerounaise qui se joue avec le sort du Baume François. Alors, unissons nos forces pour trouver une issue positive à ce débat passionné. Pour que le Baume François puisse continuer à soulager nos anciens, en toute sérénité.

Par Josiane Tchakounté pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *