Cameroun: L’ART paie un loyer de 250 millions par an

Ce montant aurait permis en cinq ans d’impasse de construire un immeuble siège dont veut se doter le gendarme des télécoms au Cameroun.
C’est en face de l’hôtel Hilton, au Boulevard du 20-Mai à Yaoundé que devrait se dresser l’immeuble-siège de l’Agence de régulations des télécommunications (ART). 237online.com Mais à cet espace, l’on a plutôt un parking et une petite broussaille. Et régulièrement, les voitures d’auto-école font des tours de pistes. Entre temps, l’ART a privilégié l’option de la location d’un immeuble au lieudit « Nouvelle route Bastos » à Yaoundé. L’immeuble en carreau bleu qui appartiendrait à l’épouse de l’ex-ministre de la Communication, Augustin Kontchou, affiche fière allure, mais coûte annuellement la bagatelle de 250 millions de FCFA. Comparés aux 14 milliards qui doivent servir à la construction d’un immeuble-siège et aux cinq ans durant lequel ce projet est dans l’impasse, les 250 millions auraient déjà permis de construire une belle bâtisse à la dimension de l’ART. Mais que nenni. Outre ces 250 millions de FCFA, l’ART a dû casser encore sa tirelire au moment de son installation à « Nouvelle route Bastos » en 2014 car, l’immeuble qu’elle occupe actuellement n’avait pas été conçu pour abriter un service public. Mais… un hôtel. Comme l’explique un employé de la structure, on a dû casser des murs et procéder à des réaménagements intérieurs pour avoir un environnement de travail adéquat. L’ART a beau garder le silence sur le marché de l’immeuble siège, le montant du bail, etc., mais comme indiqué dans l’article plus haut, l’ARMP, elle sait exactement ce qu’elle reproche au gendarme des télécoms. 237online.com L’Agence de régulation des marchés publics cite pêle-mêle la substitution des offres des candidats et le refus de les restituer; l’élaboration sur la base des documents reçus d’un rapport d’analyse en dehors de la sous-commission d’analyse et par des personnes étrangères à celle-ci; la modification unilatérale des offres financières sans confirmation a posteriori des soumissionnaires (DPE, Arab Contractors…), et la validation des erreurs tactiques du détail estimatif du groupement Bati Service/Pictet/CFAO Technologies; la tentative de perception de commission d’un montant de 1,8 milliard de FCFA, dénoncée par China Shanxi Construction Engeneering, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *