Cameroun: La fronde contre le maire Boubakary Bello se poursuit

Des poursuites judiciaires en vue malgré la volonté du maire de rembourser les 45 millions Fcfa détournés.
Il n’a pas fallu attendre longtemps pour voir des «négociateurs» sortir de l’ombre s’agiter. 237online.com Objectif : sortir le maire de la commune de Maroua 3, empêtré dans un scandale de détournement de fonds de 45.000.000 Fcfa, à en croire un document signé d’une trentaine de conseillers municipaux et déposé dans le cabinet du préfet du Diamaré, le 05 septembre 2016. Le premier négociateur à s’être mis sous les feux des projecteurs n’est autre que le lamido de Balaza, Babaraï Ahmadou, lui aussi conseiller municipal de la commune de Maroua 3. A son initiative, les conseillers se sont retrouvés à la mairie de Maroua 3 en début d’après-midi du 05 septembre 2016. Il réclamait chez ses pairs ni plus ni moins que le retrait de toutes les actions enclenchées contre Boubakary Bello qui, lui, s’engageait en retour à restituer le montant querellé. «Il nous a dit que le maire reconnaissait des fautes de gestion et qu’il était d’ailleurs disposé à rembourser cette somme. Raison pour laquelle on devrait pouvoir résoudre ce problème en frères et sœurs, c’est-à-dire éteindre toutes les procédures entreprises contre le maire», a expliqué l’un des adjoints au maire. La cause de Boubakary Bello a-t-elle été entendue ? Rien n’est pour le moins sûr. Selon Ahmadou, un des 29 conseillers signataires de la correspondance visant la mise à l’écart du maire, il n’est pas question de faire marche arrière. «A l’état actuel de la procédure, il n’y a rien à faire. S’il restitue l’argent, cela signifie que le détournement est consommé et nous allons saisir le tribunal de grande instance de Maroua et le Tribunal criminel spécial à Yaoundé. Je suis clair, on ne va rien suspendre. Ni la démarche pour la destitution du maire, ni les poursuites judiciaires contre lui. C’est tout ce qu’il faut retenir de cette affaire », fulmine-t-il.

INTRANSIGEANCE
Autres négociateurs dans cette affaire explosive : les maires des communes de Maroua I et Il, et le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Maroua. D’après des indiscrétions, ils auraient pris le parti de leur collègue et feraient des pieds et des mains pour convaincre les autorités administratives du département, en premier lieu le préfet, de ne pas laisser tomber Boubakary Bello. Accablé, le maire n’est pas resté les bras croisés. Il multiplie les rencontres pour tenter de convaincre individuellement les conseillers municipaux qui restent, encore aujourd’hui, sourds à tous les appels. «Il n’est pas question de compromis. 237online.com Le maire a fait des aveux publics. Il a reconnu avoir détourné de l’argent public, il n’y a rien à faire. Ceux qui ont signé, il y a quelques jours, la correspondance pour débarquer le maire et qui, le lendemain, se dédisent, n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes. Mais ce que je sais, c’est que la majorité des conseillers sont restés constants dans leur position», a indiqué le Dr Boubakar Likiby, un des adjoints au maire. Les conseillers municipaux attendent d’ailleurs la convocation d’un conseil extraordinaire dans les tout prochains jours tel que souhaité dans leur correspondance. Le préfet du Diamaré, selon des informations concordantes, aurait adressé une correspondance au maire afin que celui-ci répertorie tous les projets réalisés jusqu’ici et qu’une mission descende sur le terrain pour les évaluer. Simple stratégie pour gagner du temps ou volonté réelle de l’administration de voir clair dans cette affaire ? En tout cas, les dés sont jetés. Le maire compte néanmoins sur ces démarches pour laver son honneur. «Moi Kariwa, je ne sais pas voler. Je suis incapable de voler 10 Fcfa de quelqu’un. Pour le reste, je n’ai pas de commentaire à faire. Les gens sont libres d’exprimer leurs droits et de dire ce qu’ils veulent. C’est la démocratie et leur liberté d’opinion», a-t-il déclaré.

ABDOULKARIM HAMADOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *