Cameroun : Joel Embiid, l’enfant prodige qui divise sa patrie

Joel Embiid

La décision de Joel Embiid de représenter les États-Unis aux Jeux Olympiques de Paris 2024 a déclenché une onde de choc au Cameroun. Entre fierté et amertume, le pays natal de la star de la NBA se trouve tiraillé face à ce choix qui soulève des questions profondes sur l’identité et le patriotisme sportif.

Du terrain poussiéreux de Yaoundé aux parquets dorés de la NBA

Comme le rapporte 237online.com, le parcours d’Embiid est digne d’un conte de fées moderne. Des terrains de fortune du collège de Damas à Yaoundé jusqu’aux sommets de la NBA, le géant camerounais a connu une ascension fulgurante.

« C’est comme si un arbre du village était devenu la plus haute tour de New York », s’émerveille Emmanuel Ambomo, ancien surveillant d’Embiid. « On ne peut s’empêcher d’être fiers, même si ça fait mal au cœur de le voir sous d’autres couleurs. »

La Kossengwe Basketball Academy : Berceau d’un talent exceptionnel

C’est dans ce centre de formation que le jeune Joel a vraiment pris son envol. Roger Dassi, son ancien entraîneur, se souvient :

« Dès le premier jour, on a su qu’il était différent. Il avait cette faim, cette rage de vaincre. Mais jamais on n’aurait imaginé qu’il nous tournerait le dos ainsi. »

Le dilemme de l’athlète africain : Entre opportunités et loyauté

Le choix d’Embiid soulève des questions cruciales sur le développement du sport en Afrique. Yves Tsala, ancien vice-président du club formateur d’Embiid, offre une perspective nuancée :

« Bien sûr, on aurait préféré le voir sous le maillot des Lions Indomptables. Mais son succès ouvre des portes pour d’autres jeunes Camerounais. C’est un couteau à double tranchant.« 

L’impact économique : Une opportunité manquée pour le Cameroun ?

La décision d’Embiid pourrait avoir des répercussions bien au-delà du terrain. Dr. Nguefack, économiste du sport, explique :

« Un athlète de ce calibre aurait pu attirer des investissements massifs dans notre infrastructure sportive. C’est une occasion en or qui nous file entre les doigts. »

Une remise en question du système sportif camerounais

Pour beaucoup, le « cas Embiid » est un signal d’alarme pour les institutions sportives du pays. Claude Bessim Bene, entraîneur et arbitre, lance un appel :

« Il faut se réveiller ! Si nous ne créons pas un environnement propice à l’épanouissement de nos talents, d’autres Embiid nous échapperont. »

Vers une nouvelle définition du patriotisme sportif ?

Au-delà de la déception, certains voient dans le parcours d’Embiid une forme de rayonnement pour le Cameroun. Rose Balla, sociologue du sport, propose une lecture alternative :

« Peut-être devons-nous repenser notre conception du patriotisme sportif. Embiid, qu’il le veuille ou non, porte avec lui un morceau du Cameroun à chaque match. »

Cette saga Embiid est bien plus qu’une simple histoire de choix de nationalité sportive. Elle cristallise les défis auxquels font face les nations africaines dans un monde globalisé, où les talents sont une ressource convoitée.

Comme le dit un proverbe bamiléké : « L’arbre qui tombe fait plus de bruit que la forêt qui pousse. » Le « bruit » autour d’Embiid ne doit pas faire oublier les nombreux autres talents qui émergent dans l’ombre au Cameroun.

Le pays saura-t-il tirer les leçons de cette expérience pour mieux retenir et valoriser ses futurs champions ? C’est tout l’enjeu des années à venir pour le sport camerounais.

Par Claude Atangana pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *