Cameroun: Inquiétudes sur l’organisation de la CAN 2016

Stade Bafoussam Omnisport

Le Comité national de préparation s’est tenu mercredi à la Primature. Bilan : dans tous les compartiments, rien n’est prêt.
Des retards et des contingences laissent planer le doute sur le respect des délais. A exactement 50 jours du coup d’envoi de la coupe d’Afrique des nations de football féminin, qui doit être donné le 19 novembre prochain à Yaoundé, rien n’est prêt. 237online.com C’est bien ce qui est ressorti de la dixième session du comité national de préparation des coupes d’Afrique des nations de football 2016 et 2019 (Comip-CAN), qui s’est tenu mercredi 28 septembre dans les services du Premier ministre, qui en est le président. Au cours de cette instance, les ministères concernés par la préparation de l’événement ont chacun procédé à un état des lieux de leur secteur, en relevant les avancées et les difficultés, y compris le président de la Fecafoot, Tombi à Roko Sidiki, qui a exposé sur l’équipe de football féminin. Il apparaît clairement qu’il y a du souci à se faire dans la plupart des compartiments. En tout cas, ce sera une affaire de toute dernière minute, quelles que soient les assurances données par les membres du gouvernement. Pour les travaux de mise à niveau des infrastructures sportives, le ministre des Sports, Bidoung Mkpatt a reconnu que « les travaux sur le stade [Ahmadou Ahidjo] qui va abriter la cérémonie d’ouverture restent importants ». Et pour cause, le taux d’avancement global est de 86%. Ce qui, d’après son aveu, oblige l’entreprise de construction à « accélérer le rythme actuel des travaux sur tous les postes. » Si la pelouse est prête, le reste est « en cours d’achèvement ». Le stade de Limbe présente le même état d’avancement des travaux, avec des satisfactions et des retards. Les travaux de l’aire de jeu du stade municipal de Limbe, destiné à l’entraînement, « ont connu quelques problèmes et le repiquage est en cours », concède Bidoung Mkpatt. Quant aux travaux de réhabilitation des voies d’accès aux infrastructures sportives, hôtelières et hospitalières, le ministre en charge du Développement urbain, Jean Claude Mbwentchou, a joué la carte de la vérité en déclarant qu’ils n’ont pas démarré. Ainsi, le stade Molyko à Buea ne dispose pas de parkings et son esplanade n’est pas aménagée. Le stade municipal de Buea town ne dispose que d’une seule voie carrossable. L’accès principal à l’hôtel Atlantic beach n’est pas aménagé, de même que celui du stade d’entrainement CDC à Middle farm. Les voies d’accès aux différents hôpitaux n’ont pas été réhabilitées. Des projets de contrat existent pour ces travaux qui attendent l’accord du secrétaire général de la présidence de la République depuis le 12 août. Le volet hébergement n’est pas plus rassurant, notamment à Limbe et Buea dont les hôtels nécessitent une bonne mise à niveau. Le Mountain Hotel de Buea est particulièrement un sujet d’inquiétude. Le taux d’avancement global des travaux de réhabilitation, d’extension et d’équipement est globalement de 75%. Pis : le marché d’équipement confié au groupement d’entreprises Gresceram international STI/Comepsa a été résilié. Il est en cours d’attribution au groupe Somaf, selon les révélations du ministre d’Etat en charge du Tourisme. Bello Bouba Maïgari dit que le nouveau prestataire, qui s’est déjà illustré au Parlementarian Flats Hotel, « s’est engagé dans son offre à fournir et installer les équipements dans un délai maximum de deux mois ». Ce qui renvoi à novembre prochain, mois de début de la CAN féminine. Le ministre de la Santé publique André Mama Fouda, quant à lui, a confessé que « les prestations de relèvement des plateaux techniques nécessaires ont connu un léger retard. La date initialement prévue autour du 15 septembre 2016 est reportée au 20 octobre2016. » Pour le renouvellement de certains équipements, le Minsanté révèle qu’à ce jour, certaines commandes sont bloquées au port de Douala en attente d’une dispense du ministre des Finances. Le Mincom doit avoir le sommeil un peu difficile ces derniers jours. Après avoir été retenu par la Caf pour produire le signal des matches de la CAN, la CRTV a acquis du matériel présenté par Issa Tchiroma comme étant de dernière génération. 237online.com Mais les composantes de ces équipements ont du mal à rallier le Cameroun. Les corps de Obvans, ces télévisions mobiles réceptionnées en Chine, n’ont pu prendre la mer. Ils sont programmés pour être transportés par avion. Ils ne devraient quitter l’aéroport de Tianjing que le 20 octobre pour arriver à Nsimalen le 26 octobre. Tchiroma a annoncé que le système technique de production du signal sera prêt à opérer à partir du 5 novembre, soit deux semaines avant la compétition.

Parfait N. Siki

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *