Cameroun – Infrastructures: Les travaux de la route Maroua-Kousseri ne reprendront pas en 2015

Les entreprises chinoises ne sont pas rassurées de nouvelles mesures de sécurité sur cet axe et autour de leur base.[pagebreak]La route Maroua-Mora-Kousseri dont les travaux ont été abandonnés au lendemain de l’enlèvement de 10 ouvriers chinois de la société Syno-Hydro à Waza le 16 mai 2014 ne sera pas construite cette année. Malgré toutes les assurances et la bonne volonté du gouvernement à faire démarrer les travaux le 1er décembre 2014 pour le tronçon Dabanga-Kousseri et le 15 janvier 2015 pour le tronçon Mora-Dabanga. Les Chinois ne sont toujours pas rassurés des mesures de sécurité dans la zone de travail. Toute l’assurance avait pourtant été donnée par les responsables des deux entreprises chinoises chargées d’exécuter les travaux sur la route Mora-Dabanga-Kousseri, à savoir Syno-Hydro et Jiangsu, au cours d’une entrevue avec le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord en octobre 2014, au lendemain de la libération des ouvriers chinois enlevés. Selon une source proche des services du gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, une mission chinoise conduite à Waza a découragé formellement les entreprises chinoises sous prétexte que les mesures de sécurité ne sont pas rassurantes. Lors d’une récente réunion de renforcement des capacités des acteurs intervenant dans l’exécution physico-financière du Bip dans la région de l’Extrême-Nord, le délégué régional des marchés publics a indiqué : «les Chinois étaient prêts à reprendre les travaux à la condition que toutes les mesures de sécurité leur soient garanties. Mais, après une descente, ils ont dit qu’ils ne sont pas rassurés de la garantie de leur sécurité et ont par ailleurs dit ne pas être prêts pour démarrer les travaux». Notre source proche des services du gouverneur ajoute par ailleurs que ce qui a davantage découragé les Chinois, c’est: «l’axe Mora-Kousseri ne passe plus depuis plus de six mois en raison des attaques à répétition de Boko Haram, puisque la route borde pratiquement la frontière avec le Nigéria et cela ne conforte pas les Chinois qui ne veulent pour rien au monde retomber dans le même piège. Tout le territoire camerounais le long de cet axe est un no man’s land. D’où leur désistement». La route Maroua-Mora-Kousseri, longue de 265 kilomètres est vitale pour l’économie nationale et sous-régionale. C’est par là que transite l’essentiel des marchandises en provenance du Nigéria et du sud du pays pour le Nord Cameroun et le Tchad. Selon les informations officielles du ministère des Travaux public, la durée des travaux de réhabilitation de la route Maroua-Kousseri, section Mora-Dabanga, longue de 132 kilomètres était de 29 mois après le démarrage du chantier le 21 août 2013. Le tronçon Dabanga-Kousseri (73 kilomètres) quant à lui affichait au 31 mai 2014 un taux d’exécution de 53%, avec 60% des délais consommés.

Jacques Kaldaouss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *