Cameroun – Hugo Broos: « Je n’ai pas peur du poste »

Sur sa première expérience à la tête d’une sélection nationale.
« Ce n’est pas parce que c’est la première fois que j’entraîne une sélection nationale que c’est une mauvaise chose. Tous les grands entraîneurs ont commencé un jour. Je n’ai pas du tout peur de ce poste. Il y a de grandes perspectives comme le fait de participer à la CAN et à la coupe du monde.
Je vais tout faire pour les atteindre. Même si c’est la première fois, je suis confiant. Le Cameroun est un pays avec une grande histoire de football. Les Lions ont l’opportunité d’être à de grandes compétitions. Si tu as tout ça en perspective, la seule chose à faire est d’accepter le poste ».

Sur les échéances urgentes qui l’attendent
« Dès que j’ai été choisi, j’ai commencé à travailler. Il y a des réunions avec les membres du staff. La réunion avec Alexandre Belinga est très importante, car c’est l’homme le plus important de mon staff, sur qui je compte d’ailleurs beaucoup. 237online.com Plus tard, on fera un inventaire des joueurs locaux. Ici, c’est comme en Belgique : on a eu des périodes avec de grands joueurs et tout à coup, on est tombé dans un trou parce que la relève n’était pas là. Je suis conscient qu’il y a un réservoir de joueurs qui peuvent être dans les Lions. Mais on doit les détecter. Surtout que tout le monde vieillit. C’est à cela que je vais travailler dans les prochains mois. Mais, on va d’abord se concentrer sur les deux matchs contre l’Afrique du Sud ».

Sur la pression d’être coach des Lions
« Les dirigeants de clubs en Algérie ont tendance à vouloir faire le travail de l’entraîneur. Je n’accepterai jamais ça. 237online.com Je suis habitué à travailler sous pression. Quand vous avez entraîné Anderlecht où chaque année, on vous demande de remporter le championnat, la coupe et d’aller loin en Ligue des Champions, vous comprenez ce que c’est ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *