Cameroun: Hugo Broos et sa piteuse opération de diversion

Parachuté à la tête des Lions Indomptables, le technicien belge a usé de grosses ficelles pour éteindre le feu allumé à la vue du parchemin de son incompétence documentée.
De ses déclarations éructées en terre camerounaise, la plus fumante est celle d’avoir vécu l’agression qui aurait mené à la mort d’Albert Ébossé en Algérie en 2014. Pareille accusation aurait voulu que les autorités camerounaises et la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), montent au créneau pour essayer d’en savoir plus. Malheureusement, les pleutres de Tsinga, qui n’ont pas la force de rouvrir ce dossier dramatique, ont fait semblant de n’avoir rien entendu. Ce qu’il faut donc croire, c’est que si un individu aussi proche de cette catastrophe n’a jamais voulu rien dire à ce sujet, ou mieux, s’engager comme témoin auprès des personnes concernées, on est en face d’un comédien, un illusionniste. Hugo Broos ne peut pas, en toute innocence, débarquer au Cameroun et vouloir s’assurer de notre sympathie en nous flattant de façon aussi macabre. La mort d’Albert Ébossé est, avec celle de Marc-Vivien Foé, l’un des plus grand volets sombres de notre histoire footballistique. C’est un drame qui a brisé le quotidien de ses proches et celui de la grande famille du sport camerounais. Il y a quelque temps, des supputations avaient laissé entendre que la version officielle algérienne était tronquée. Une autopsie pratiquée au Cameroun avait conclu à une mort bien plus violente que la simple conséquence d’une roche tombée sur le crâne du pauvre B9. Ce que la partie algérienne avait réfuté.
Où était à ce moment là Hugo Broos ? Du haut de sa morale et de son sens du devoir pompeusement décrits par la Fécafoot, n’avait-il pas la responsabilité de se désolidariser du « cover up » que l’on croit déceler ici ? Non. Il l’a fermée pour venir la rouvrir à Yaoundé, des lampions d’illusions dans la tête et quelques liasses de billets de banque en poche. Que le très futur ex-sélectionneur national se le tienne pour dit. Nous ne le lâcherons pas, tant l’imposture de sa nomination ne répond à aucune démarche cohérente. Tant son recrutement semble obéir à des tractations en coulisses avant qu’une bombe du Tribunal arbitral du sport (TAS) n’explose incessamment.

Cameroon-footbuzz.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *