Cameroun – Guerre contre Boko Haram: Les Camerounais font bloc

La « grande marche patriotique » de soutien aux forces de défense a connu une grande mobilisation samedi dernier à Yaoundé. Il fallait être présent samedi dernier au boulevard du 20 mai à Yaoundé pour voir la grande mobilisation des Camerounais pour la marche de solidarité aux populations de l’Extrême-Nord et aux forces de défense qui subissent des exactions du groupe terroriste Boko Haram dans cette partie du pays. La chaîne de télévision Tv5 Afrique parle de près de quinze mille personnes dans son reportage. Difficile de confirmer ou d’infirmer ce chiffre. Les Camerounais ont fait une bonne démonstration de patriotisme et d’union nationale contre un fléau qui constitue une sérieuse menace à l’intégrité et à la sécurité du territoire national. Un nombre important de Camerounais ont fait le déplacement de la place de fêtes à Yaoundé : femmes, hommes, enfants, jeunes.
La présence des hautes personnalités du pays s’est faite remarquée. Notamment celle du président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yéguié Djibril qui avait à ses côtés une bonne brochette des membres du gouvernement. Entre autres, le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, René Emmanuel Sadi, le ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense, Edgard Alain Mebe Ngo’o, le ministre des Finances, Alamine Ouman Mey, le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Grégoire Owona, le secrétaire général des services du Premier ministre, Louis Paul Motazé, le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, qui étaient aux premières loges. Des représentants diplomatiques accrédités à Yaoundé étaient également là. Les ambassadeurs de France et d’Italie ont personnellement fait le déplacement. Tout comme le haut commissaire de Grande Bretagne. Le représentant du Niger et de l’Union européenne se sont aussi distingués. Une forte présence tchadienne s’est fait sentir. Des drapeaux du pays d’Idriss Deby flottaient au vent lors de la marche.
Le ton de la marche a été donné avant 8h. Mais le Boulevard du 20 mai était noir de monde dès 7h. Le rond point poste centrale, lieu de rassemblement était pris d’assaut. Les membres du collectif « unis pour le Cameroun », organisateur de la marche ont pris les dispositions protocolaires d’alignement. Les étudiants de l’Institut national de la jeunesse et des sports (Injs) assuraient l’encadrement des foules, sous l’œil vigilant des gendarmes et policiers. La marche s’est effectuée du rond point poste centrale au rond point Hilton.
Main dans la main, le peuple a affiché sa solidarité aux populations et aux familles des soldats tombés aux combats à Kolofata, Fotokol, Amchidé et Waza. Des pancartes et des banderoles brandies ça et là, dénonçaient les exactions de la secte. Les messages étaient captivants. On entendait parfois «Shekau tu es mort». Ou encore, «Shekau tu ne peux pas détruire le Cameroun». Sur une pancarte portée par un petit garçon on pouvait lire «touche pas à mon pays». Les organisateurs ont pris quelques minutes pour expliquer et décrire les atrocités que commettent Boko Haram sur notre sol.
Après une minute de silence en la mémoire des militaires tombés au front et des populations tuées, les Camerounais ont affiché leur fierté en chantant l’hymne nationale du pays. L’évènement s’est passé dans la discipline, et sans incident.

Nicolas Vounsia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *