Cameroun : Eto’o bientôt privé de passeport, Etoudi voit rouge et riposte ! 🇨🇲🛂😡

passeport samuel

La guerre froide entre Samuel Eto’o et la présidence de la République vient de franchir un nouveau cap. Excédé par l' »acte de défiance » du président de la Fecafoot dans le bras de fer qui l’oppose au Minsep, le cercle du pouvoir envisage une mesure radicale : le non-renouvellement du passeport camerounais de l’ancien capitaine des Lions. Un stratagème qui cache des arrière-pensées politiques.

Le passeport d’Eto’o, nouvelle arme fatale d’Etoudi ?

C’est une information exclusive obtenue par 237online.com de sources concordantes au sein de la présidence. Ulcéré par l’attitude jugée frondeuse de Samuel Eto’o dans sa confrontation avec le Ministre des Sports, le secrétariat général de la présidence de la République envisage une contre-attaque d’une rare violence symbolique : laisser expirer le passeport camerounais du président de la Fecafoot, sans le renouveler.

Un document crucial, qui doit arriver à échéance le 12 novembre 2024. Et dont la non-prorogation signifierait ni plus ni moins que le bannissement d’Eto’o de son pays natal, lui qui dispose également de la nationalité espagnole. Un camouflet inouï pour l’enfant chéri du football camerounais, qui serait ainsi prié de faire ses valises et de plier bagage, tel un vulgaire « persona non grata ».

Etoudi liste les « ingratitudes » d’Eto’o et gronde

Mais comment en est-on arrivé là ? Dans les arcanes du pouvoir, on égrène les griefs et les « ingratitudes » d’Eto’o envers un régime qui lui aurait pourtant tout donné. Mise à disposition d’un jet privé du BIR pour ses déplacements, affectation de nombreux éléments de ce corps d’élite pour sa sécurité, validation express des budgets de la Fecafoot, avance de trésorerie de 2,7 milliards accordée par l’État…

Autant de « faveurs » présidentielles dont Eto’o serait aujourd’hui jugé indigne, au vu de son comportement « irresponsable » et « rebelle » dans l’affaire du sélectionneur des Lions. Un dossier sur lequel le président de la Fecafoot a engagé un bras de fer musclé avec le ministre Narcisse Mouelle Kombi, faisant fi des injonctions de la hiérarchie et se posant en contre-pouvoir. Un crime de lèse-majesté absolu aux yeux d’Etoudi.

Le spectre de l’ambition politique d’Eto’o agite le palais

Mais au-delà du choc des égos et de la querelle de légitimité, c’est le spectre d’une ambition politique d’Eto’o qui fait trembler les murs du palais présidentiel. De plus en plus de têtes pensantes du sérail voient dans les coups de menton à répétition de l’ancien buteur le signe d’une stratégie de rupture et d’émancipation, avec en ligne de mire une probable candidature à la magistrature suprême.

D’où l’idée de couper l’herbe sous le pied de l’actuel patron des Lions, en l’écartant du jeu politique national par une mesure aussi sournoise que radicale. Car sans passeport camerounais, difficile pour Eto’o de se poser en présidentiable crédible et légitime. Un coup bas qui pourrait s’avérer fatal pour celui que de nombreux Camerounais voient déjà comme le « Président des cœurs« .

Contacté, l’entourage d’Eto’o s’est refusé à tout commentaire, préférant garder le silence sur ce qui s’annonce comme la bataille du siècle entre le chef de l’État et le « Roi Eto’o ». Une bataille qui risque de faire de gros dégâts collatéraux, tant la popularité de l’ex-superstar du Barça transcende les clivages politiques et générationnels. Quitte ou double pour Paul Biya, qui joue peut-être son va-tout face à un adversaire aussi imprévisible que redoutable. La partie d’échecs ne fait que commencer.

Par Ulrich Bobga Mbida pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *