Cameroun – Effort de guerre: La France octroie 262 millions Fcfa

Gouvernement français

C’est la réponse de Paris à la crise humanitaire dans l’Extrême-Nord.[pagebreak]La question ne lui a pas été posée. Mais l’ambassadrice de France au Cameroun, Christine Robichon, a tenu, une fois de plus, à rassurer les populations camerounaises quand au soutien de son pays dans la lutte que le Cameroun mène contre la secte terroriste Boko Haram. C’est d’ailleurs dans ce registre qu’il faut inscrire les 262 millions de Fcfa (400.000 euros) que la France vient d’octroyer à la Croix-Rouge camerounaise (Crc) et à son partenaire, la Croix-Rouge française (Crf). Matérialisée hier à Yaoundé par la signature d’une convention entre les deux entités, cette subvention est une réponse de la France à la crise humanitaire qui secoue l’Extrême-Nord du Cameroun, du fait de la menace terroriste. «Par cette subvention, la France exprime et confirme sa solidarité aux populations de l’Extrême-Nord durement touchées par des exactions de Boko Haram», a déclaré la diplomate hier, lors de la cérémonie. Une cérémonie qui marquait le lancement du Programme d’urgence pour l’accès aux soins de qualité en faveur des femmes et enfants de moins de 5 ans dans ladite région. L’occasion faisant le larron, Christine Robichon en a profité pour «présenter les condoléances de la France à toutes les familles camerounaises endeuillées par la violence terroriste.» Non sans «saluer les efforts de l’ensemble des acteurs de l’assistance aux victimes de cette violence, au premier rand desquels les équipes déployées sur le terrain par les différents ministères camerounais, dont celui de la Santé, et par toutes les associations», à l’instar de la Crc. Il faut donc saluer, ponctue-t-elle, la bravoure de ces hommes et femmes qui œuvrent au quotidien dans «des conditions difficiles (…) pour soulager les souffrances des populations frappées de plein fouet par la crise sécuritaire et humanitaire provoquée par Boko Haram.»
Ce projet doit apporter une aide d’urgence en santé, suite à l’afflux de réfugiés et de déplacés internes qui ont abandonné leurs maisons et leurs villages pour fuir les violences terroristes. Il va permettre notamment de favoriser l’accès aux soins de santé de qualité en faveur des femmes en âge de procréer et des enfants de moins de 5 ans issues de ces populations (réfugiées et déplacées) mais aussi des populations hôtes dans les districts de santé de Maga, Bogo, Hia et Méri précisément. Selon la représentante de la Crf, Marie Lemenn, l’arrivée des populations déplacées internes et/ou des réfugiés dans les districts de santé ciblés «a déstabilisé la qualité de la prise en charge avec des ruptures fréquentes en médicaments et une insuffisance de personnel de santé ainsi que des équipements.»
«L’Extrême-Nord est une région fragilisée par les épidémies et les catastrophes, et la menace terroriste a décuplé dramatiquement la vulnérabilité des populations», a déploré le président de la Crc, William Aurélien Etéki Mboumoua.
En effet, l’Extrême-Nord est l’une des régions les plus vulnérables en termes de santé. Selon la déléguée régionale de la Santé publique, le Dr Rebecca Djao, «les indicateurs de santé dans cette région sont en dessous des indicateurs nationaux.» Par ce programme, la Crc et la Crf entendent équiper et réhabiliter ces centres de santé intégrés en matériel de santé maternelle et infantile en vue de les rendre plus fonctionnels et renforcer les capacités du personnel médical à travers des formations techniques. Ceci en vue de contribuer à résoudre les problèmes de santé maternelle et infantile dans une région où les populations peinent, en temps normal, à avoir accès aux services de santé de base. Un «élan de solidarité internationale du gouvernement français» salué par président de la Crc et qui, dit-il, va «permettre aux populations durement affectée de retrouver leur dignité.» A noter que cette subvention vient compléter des actions déjà conduites dans cette partie du pays par la Crc et la Crf, et financées par l’Union européenne.

Patricia Ngo Ngouem

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *