Cameroun – Démenti: Paul Biya et Chantal ne sont pas malades

Le Mincom a donné hier la position du gouvernement face aux allégations du journal Le Monde sur la santé du couple présidentiel. [pagebreak]« Le gouvernement de la République du Cameroun apporte un démenti catégorique aux allégations abjectes et malveillantes proférées par le journal « Le Monde », et dénonce la désinvolture et le manque de professionnalisme affichés par ce journal à la réputation et à la notoriété jusque-là établies ». Ainsi, s’exprimait hier devant la presse nationale et internationale le ministre de la Communication (Mincom), Issa Tchiroma, lors d’un point de presse qu’il a donné dans la salle des conférences de son département ministériel.

En effet, le journal Le Monde a publié, le 13 mars dernier un article sur le l’état de santé du couple présidentiel actuellement en séjour privé en Europe. « Paul Biya séjourne actuellement à Genève, pour les raisons familiales et des consultations médicales. Âgé de 82 ans – dont 33 passés au pouvoir- « l’homme lion », comme on le surnomme au Cameroun, hésiterait à subir une opération chirurgicale envisagée par les médecins… Chantale Biya se serait rendue à l’hôpital américain de Neuilly, pour des contrôles de suivi après une opération du col de l’Utérus en 2013 », a-t-on lu sur le site du journal Le Monde.
Pour le ministre de la Communication, c’est un « délit de fausse nouvelle ». Car, « le Journal français a, à trois reprises, modifié le même article, dans la première version de laquelle il avait commencé par affirmer que le couple présidentiel avait quitté le Cameroun séparément, alors qu’au vu et su de tout le monde, le président de la République et madame Chantal Biya avaient embarqué ensemble dans le même avion le 1er mars 2015 à l’Aéroport International de Yaoundé-Nsimalen », indique le Mincom.
A cet égard, Le Mincom, non seulement recommande aux Camerounais, l’extrême vigilance, «face aux manœuvres de diversion, de distraction et de sédition dont nous [Le Cameroun] sommes la cible », mais aussi prescrit aux journalistes de ne pas « prêter le flanc aux manœuvres de manipulation multiformes , du fait de la volonté destructrice de certains ennemis de notre patrie, et de continuer d’informer les opinions publiques nationales et internationales, dans le respect des valeurs de paix, d’unité, de solidarité et de citoyenneté qui caractérisent notre nation ».

Pascal Dibamou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *