Société

Cameroun – Covidgate : Des médicaments de 500 millions de Fcfa introuvables

C’est l’une des révélations de l’audit de la Chambre des comptes sur les fonds destinés à la lutte contre le coronavirus.

« Un stock de médicaments introuvable, d’une valeur de 536 400.000 F », peut-on lire à la page 89 du rapport de la Chambre des comptes de la Cour suprême, publié le 16 novembre 2021, sur le Fonds spécial de solidarité nationale pour la lutte contre le coronavirus et ses répercussions économiques et sociales. Le document nous renseigne que le ministère de la Santé publique disposait dans le cadre de cette riposte contre la pandémie, d’une enveloppe de un milliard destinée à l’acquisition des médicaments de prise en charge de la Covid-19. Ceci n’inclut pas l’hydroxychloroquine et l’azithromycine, qui devaient être produits localement sous la responsabilité du ministère de la Recherche scientifique et de l’innovation (Minresi).

Au 31 décembre 2020, apprend-on, le ministre de la Santé, Manaouda Malachie, avait engagé plusieurs dépenses. Notamment 536 440 000 F pour l’acquisition des médicaments, sous forme de 04 marchés ; Et 300 millions de F mis à la disposition des fonds régionaux pour la promotion de la santé, pour qu’ils procèdent eux-mêmes à l’achat de médicaments. « La gestion des marchés de médicaments par le Minsanté est apparue particulièrement opaque », écrit la Chambre des comptes. La juridiction note également qu’il y a eu des achats en partie non conformes au protocole du Conseil scientifique des urgences de santé publique.

Alors que les 14 marchés de médicaments devraient correspondre aux besoins identifiés des hôpitaux pour juguler la pandémie, la juridiction des comptes souligne que le groupe de travail qui a validé ces achats ne comprenait ni médecin, ni pharmacien. L’on cite par exemple les trois marchés effectués dans l’achat de matériels et produits pharmaceutiques à usage hospitalier correspondant à des besoins habituels pour des malades lourds hospitalisés. Pour autant, indique la Chambre, « ces achats ne sont pas conformes au protocole du Csusp validé le 09 avril 2020 et revisité le 14 mai 2020 ».

Pièces non conformes

Pour les quatre marchés su-évoqués, le ministre de la Santé a déclaré aux auditeurs que les bons de commandes étaient destinés au centre ORCA et les besoins ont été déterminés par les pharmaciens de cet établissement. Malgré cela, la Chambre observe que le Minsanté n’a pas été en mesure de dire où étaient stockés ces médicaments. La Chambre des comptes révèle par ailleurs que la composition des liasses de pièces justificatives des marchés N°141, 151 et 156, ainsi que du bon de commande administratif N°123 est « irrégulière » au regard des lettres circulaires relatives aux modalités d’organisation, de fonctionnement et de suivi-évaluation du Fonds spécial de solidarité nationale. Trois autres marchés passés pour l’acquisition des médicaments ont fait l’objet de livraison et de réception comme l’attestent les procès verbaux, mais non datés. La Chambre note qu’aucune information sur la gestion des stocks de ces médicaments n’a été mise à la disposition de la juridiction.

Ces médicaments, lit-on dans le document, n’ont pas été pris en charge par le comptable-matières et personne au ministère de la Santé n’a été en mesure de dire où ils sont stockés aujourd’hui. En outre, renseigne le rapport, aucune information relative aux paiements de ces trois marchés, pour 536 443 636 F n’est retracée dans la comptabilité du payeur spécialisé auprès du Minsanté, ni dans le compte d’emploi des paiements en numéraire du Minsanté pour 2020. Au regard de ces éléments, la Chambre des comptes estime que « ces médicaments soit sont détournés au profit de personnes privées, soit qu’ils ont fait l’objet d’une livraison fictive ».

Ahmed MBALA

237online.com

Please follow and like us:
8k
fb-share-icon13589
251k
Pin Share20
Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Twitter251k
Facebook14k
RSS15k
Follow by Email8k