Cameroun - Conseil de Sécurité: La Chine et la Russie soutiennent le régime de Paul Biya - 237online.com
Politique

Cameroun – Conseil de Sécurité: La Chine et la Russie soutiennent le régime de Paul Biya

Les deux membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU ont appelé au respect de la souveraineté du Cameroun, lors d’une réunion informelle sur la situation humanitaire au Cameroun. C’était lundi dernier aux sièges des Nations unies à New-York.

Des membres du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies se sont réunis ce lundi 13 mai afin d’adresser la question humanitaire dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Au cours de cette réunion, le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les Affaires humanitaires, Mark Lowcock, a déclaré qu’il y a urgence «à accroître l’aide humanitaire et à la financer afin d’éviter une situation hors contrôle». Selon lui, «un Camerounais sur six a besoin d’aide humanitaire, de protection. Soit 4,3 millions de personnes, notamment des enfants et des femmes…Huit régions sur les dix du pays sont touchées par la crise humanitaire…».

Ainsi, «cette rencontre sous la formule d’Arria, était l’occasion pour de nombreux pays de se prononcer clairement sur cette situation fâcheuse. Les 5 membres permanents du conseil de sécurité étaient bel et bien présents», relève le quotidien Le Jour dans son édition en kiosque ce 15 mi 2019.

La France s’est dit préoccupée par la situation sur le terrain au regard des chiffres qui parlent d’eux-mêmes. «Le pays d’Emmanuel Macron propose trois axes pour sortir de cette situation: la protection des civils de toute violence, la garantie de l’accès à l’aide humanitaire et un dialogue politique inclusif», peut-on lire dans les colonnes du journal.

Si le Royaume-Uni appelle à un dialogue comme d’autres Etats, «il insiste surtout sur un dialogue crédible et propose l’Organisation des nations unies comme pouvant faire partie de ce processus».

Quant à la Chine et la Russie, les deux pays ont «prévenu des risques d’ingérence». La Chine rappelle que le «Cameroun a les moyens de résoudre ses problèmes en interne».

Pour le ministre des Relations extérieures, Lejeune Mbella Mbella: «cet échange de vues sous forme Arria n’est pas du tout une réunion du Conseil de sécurité, mais plutôt une consultation libre tout à fait en dehors du Conseil, sur l’initiative de certains de ses membres qui s’intéressent à une question, et dans le cas d’espèces, à la situation humanitaire au Cameroun». Et d’ajouter: «Cet échange de vue sous formule Arria et tous résultats éventuels qui en découleraient n’engageraient en rien le Conseil», se réjouit le MINREX en guise de conclusion.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer