Cameroun – Canon sportif de Yaoundé: Les vieux démons refont surface

Canon de Yaoundé

En dépit de la renonciation des deux équipes de Canon , le comité provisoire de gestion et le Pca restent divisés.
Le Canon sportif de Yaoundé de nouveau sous les braises. Le 06 novembre dernier, les instances du club tiennent une réunion tripartite au domicile de Genner Olinga, le président du conseil des sages. L’objectif de la réunion, est de créer un comité provisoire de gestion (Cpg), en attendant la tenue de la prochaine assemblée générale de l’association qui, selon l’article 13 alinéa 3, devrait avoir lieu chaque année pendant l’intersaison sportive.
Les trois parties sont représentées par Augustin Edzoa (président général de l’association), Fabien Mboudou (président du conseil d’administration) et Genner Olinga (président du comité des sages).
A l’issue des travaux, Jean Claude Alima et Jiles Denis Onana sont respectivement nommés président et directeur exécutif dudit Cpg. Les résolutions prises par la tripartite ne sont apparemment pas du goût de tous. «Il était question de mettre en place un comité provisoire de gestion parce qu’il avait été dit que ceux qui étaient à la direction générale du Canon rendaient les gens réticents et c’est dans cette optique que la direction générale a été mise en berne, pour permettre à ces gens d’aller chercher de l’argent et procéder aux recrutements de joueurs », explique Joêl Olivier Kono, le coordonateur des supporters du Canon sportif de Yaoundé.
Selon Joêl Olivier Kono, c’est une incompréhension et des intérêts égoïstes de certains dirigeants du Canon sportif de Yaoundé qui sont à l’origine de la nouvelle crise que traverse le club. « Avant la réunion tripartite, monsieur Mboudou avait procédé aux nominations du personnel au sein de la direction générale du Canon, ce qui est contraire au fonctionnement du club. Pourtant, le conseil d’administration ne doit pas se résumer à la seule personne de son président. Lors de la réunion tripartite, il était entre autres question qu’il surseoive à ces nominations, question de permettre au comité provisoire de gestion d’être mis en place. Le Cpg n’allait donc pas faire obstruction à monsieur Mboudou, contrairement à ce que les gens lui ont rapporté, que le Cpg serait mis en place pour le débarquer », explique le coordonnateur des supporters du Canon sportif de Yaoundé.

Crise
Dès lors, à l’instar du début de saison 2013-2014, les effectifs du Canon sportif de Yaoundé sont séparés en deux. C’est le début d’un bras de fer dans l’application des décisions issues du Cpg et du Pca. Désormais, un groupe de joueurs s’entraine au stade de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps) sis au quartier Emana à Yaoundé, tandis que l’autre groupe travaille au lieu dit Stade malien au quartier Anguissa de la même ville. L’affaire est portée à l’arbitrage de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), qui entérine simplement les décisions prises lors de la réunion tripartite du 06 novembre 2015.
« Je n’ai rien à vous dire. Appelez Emmanuel Gustave Samnick (directeur de publication du journal l’Actu, Ndlr), il vous donnera le contact des personnes qui pourront répondre à vos questions », a répondu Fabien Mboudou par téléphone au reporter du quotidien Mutations, au matin du mercredi 09 décembre 2015, alors qu’une rencontre d’évaluation d’une branche du Canon sportif de Yaoundé se tenait au stade malien au quartier Anguissa. Néanmoins, dans une interview accordée à Radio Centre, le Pca du Canon sportif de Yaoundé se lâche. Il indique que « … nous avons été reçus à la fédération par un individu supporter du Canon de Yaoundé, en la personne de Tombi à Roko (président de la Fécafoot, Ndlr), dont l’objectif d’entrée de jeu était de concilier la famille. Nous avons été surpris de constater que cette réunion informelle s’est transformée en décision qui aujourd’hui, porte la casquette de la Fécafoot. Nous sommes assez froids parce que nous pensons être dans notre bon droit par rapport à tout ce qui se passe », explique Fabien Mboudou.

Joseph Owona
Alors président du comité de normalisation de la Fécafoot, Joseph Owona avait lui-même commencé à fragiliser le pouvoir du comité des sages dont il faisait partie, plusieurs années au paravent. Au plus fort d’une crise au sein du Canon sportif de Yaoundé il y a quatre ans, les membres du conseil des sages décident de débouter Céline Eko, alors Pca du club de Nkolndongo. Une nouvelle équipe technique chargée de préparer le club pour la saison sportive 2013-2014 est mise sur pied, avec comme technicien l’ancien international camerounais Emmanuel Kunde, Oscar Eyoum et Joel Akaka.
Le 10 janvier dernier, un communiqué du président du comité de normalisation de la Fécafoot vient stopper net les ambitions des vieux sages. On peut y lire en substance « … En effet, l’article 19, al. 2 des statuts du Canon dispose en substance que les décisions du conseil des sages ne sont valables que si les deux tiers au moins de ses membres sont présents ou représentés. Dans le cas d’espèce, la preuve que les deux tiers au moins des membres constituant le conseil des sages et dont la liste est déposée à la Fécafoot qui ont décidé de la convocation de l’assemblée générale n’est pas rapportée, de même qu’il n’a pas été constaté de cas de crise et de menace grave à la bonne marche du club. Compte tenu de ce qui précède, nous vous informons que la Fécafoot ne reconnaît pas l’assemblée générale extraordinaire de Canon convoquée le 12 janvier 2014. En conséquence, elle ne tiendra pas compte des résolutions qui y seront prises ».
Le communiqué de Joseph Owona est précédé par la décision du sous-préfet de Yaoundé IV quelques heures avant. Le chef de terre interdit la tenue de toute assemblée générale du club de Nkolndongo. Dès lors, la crise s’intensifie au sein du Kpa Kum et la Pca est poussée à ses derniers retranchements par les sages qui se sentent trahis par leur « frère ».

Statuts
S’il y a une instance au sein du Canon sportif de Yaoundé qui fait couler beaucoup d’encre et de salive à chaque début de saison sportive au sein du club, c’est bien le comité des sages. Ses membres sont souvent traités de tous les noms d’oiseaux de mauvais augure. Pour certains, le rôle des sages au sein du Canon reste ambigu. Ils sont souvent considérés comme un véritable frein au mandat des différents Pca et directeurs généraux du club. Pourtant, selon les textes, c’est des articles 17,18 et 19, que le conseil des sages tire toute sa légitimité.
Selon l’article 17 alinéa 4, ledit conseil veille à l’application des statuts et règlements du club. Il sert de chambre de conciliation et d’arbitrage en tant que de besoin; tous les litiges opposant les différents organes de gestion du club, ainsi que les différends entre des membres. Selon le même article, le conseil des sages est habilité à prendre toute mesure conservatoire lorsqu’il constate l’existence d’une crise ou d’une menace grave à la vie du club et il rend compte à la plus proche assemblée générale.
Selon l’article 18 (nouveau) alinéa 4, les membres du conseil des sages doivent être âgés d’au moins 55 ans et la durée de leur mandat est indéterminée. L’article 20 des statuts quant à lui précise que le président général de l’association est élu au suffrage uninominal, au cours d’une assemblée générale ordinaire, par les membres ayant droit de vote et à jour de leurs cotisations. Le vote se fait par acclamation ou à mains levées, en cas de candidature unique et à bulletins secrets en cas de candidatures multiples.

Jean Daniel Obama (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *