Cameroun – Can 2016 et 2019: Les patrons d’entreprises se préparent

Tout en reconnaissant la fragilité du tissue économique camerounais, ils veulent influer l’organisation des Can 2016 et 2019.
L’année 2016 qui pointe à l’horizon constituera un moment particulier de l’histoire du Cameroun. En effet, en 2016, le pays accueillera la Coupe d’Afrique des nations,-version féminine, avant la grande saga de la même compétition, version masculine, en 2019. Et pour ne pas louper un seul instant de ces deux évènements à la portée économique considérable, les patrons d’entreprises regroupés au sein de la Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (Ccima) se préparent. Plusieurs commissions de cette boite sont de plein pied dans la perspective de ces deux CAN.
Ainsi, pour la section Prestations de services en l’occurrence, «nous sommes en train de réfléchir sur la maitrise des frais financiers bancaires et sur les opportunités des deux Coupe d’Afrique des Nations qui arrivent. Nous réfléchissons afin d’être en collaboration des membres du comité d’organisation des deux Can afin que les membres de la Ccima puissent bénéficier de toutes les opportunités de la Can », note Chantal Lewat, vice-présidente de la section sus-évoquée. Cette femme d’affaires visible dans le secteur hôtelier souhaite que toutes les couches sociales de la société camerounaise bénéficient des retombées et bienfaits de ces deux grands évènements sportifs qui pointent à l’horizon. 237online.com Mais avant cela, les créateurs de richesse de la Ccima questionnent l’économie du Cameroun, jugée pas très compétitive et donc, pour la CAN 2016 et 2019, il faudrait que cette économie s’améliore car, un secteur comme les BTP demeure «fragile et entravée par de graves lacunes structurelles relatives notamment à la faible compétitivité du secteur productif. Une faiblesse due à la fois aux déficiences des facteurs de production clés que constituent les infrastructures et l’énergie, mais, aussi aux coûts prohibitifs des autres facteurs», liste M. Saïdou Nderdai Ndjidda, président de la section industrie, mines et Btp.
Les maux de l’économie camerounaise d’après ce dernier sus-évoqué sont nombreux. Pointés du doigt accusateur, les coûts de facteurs invisibles que sont la fiscalité, la corruption, les tracasseries diverses qui portent un coup de massue à la production de divers biens. Les travaux des hommes d’affaires de la Ccima, le 16 décembre dernier à Douala, visaient en outre à préparer les élections consulaires de cette auguste chambre. Lesdites élections sont prévues le 04 février 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *