Cameroun : Brys pris en étau, l’imbroglio des Lions vire au casse-tête ! 🇨🇲🦁🌀

Marc Brys

Le nouveau sélectionneur des Lions Indomptables, Marc Brys, se retrouve au cœur d’un inextricable imbroglio entre la Fecafoot et le Minsep. Sollicité de toutes parts, tiraillé entre des agendas contradictoires, le technicien belge navigue en eaux troubles à un mois d’échéances cruciales. Un véritable casse-tête qui en dit long sur le chaos ambiant autour de l’équipe nationale.

Marc Brys, l’homme à abattre ou le messie providentiel ?

Arrivé en sauveur sur le banc des Lions Indomptables après des mois d’errances, Marc Brys se retrouve aujourd’hui dans l’œil du cyclone, au cœur d’une guerre de tranchées qui le dépasse. Seul point d’accord entre une Fecafoot frondeuse et un Minsep déterminé à imposer ses hommes, le technicien belge cristallise malgré lui toutes les tensions et les convoitises, comme le rapporte 237online.com.

Ce vendredi 10 mai 2024, Marc Brys va ainsi vivre une journée schizophrénique, digne d’un scénario hollywoodien. À 11h, il est convoqué au siège de la Fecafoot pour une réunion de crise présidée par le Secrétaire Général de l’instance. Objectif : recadrer le sélectionneur et lui signifier les « consignes » de Samuel Eto’o et de son Comité Exécutif, bien décidés à garder la main sur « leur » équipe nationale. Une démonstration de force en forme d’intimidation.

Un sélectionneur écartelé entre des agendas contradictoires

Mais à peine aura-t-il quitté les bureaux feutrés de Tsinga que Marc Brys devra filer dare-dare au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. Là, c’est un tout autre décor et une tout autre ambiance qui attendent le malheureux sélectionneur, convié à une conférence de presse à 14h par le staff mis en place par la Présidence de la République sur proposition du Ministre des Sports. Un staff parallèle qui entend lui aussi marquer son territoire.

Au programme de cette grand-messe médiatique : le dévoilement en grande pompe de la liste des joueurs présélectionnés pour les matchs contre le Cap-Vert et l’Angola en juin, comptant pour les éliminatoires du Mondial 2026. Sauf que cette liste a toutes les chances d’être différente de celle concoctée par le staff « officiel » de la Fecafoot, nommé en catimini par Eto’o le 9 mai. Un imbroglio qui promet des étincelles et une sacrée migraine pour l’infortuné Marc Brys.

La FIFA en arbitre d’un psychodrame qui n’en finit pas

Car dans cette bataille d’égos et de légitimités, le technicien belge est plus que jamais pris entre le marteau et l’enclume. D’un côté, une Fecafoot revancharde qui entend lui imposer ses hommes et sa vision. De l’autre, un Minsep qui joue son va-tout pour ne pas perdre la face et le contrôle des Lions. Et au milieu, un sélectionneur qui rêvait de sérénité et d’unité pour bâtir une équipe compétitive, et qui se retrouve au cœur d’un psychodrame politique qui le dépasse.

« Cette situation ubuesque ne peut plus durer. Il en va de la crédibilité et des performances de notre équipe nationale« , s’alarme un ancien international contacté par 237online.com. Pour ce dernier, seule une intervention énergique de la FIFA, en tant qu’arbitre suprême, pourra démêler cet incroyable sac de nœuds. « Le 4 juin, lors du match contre le Cap-Vert, on saura enfin qui détient vraiment le pouvoir. Car c’est le staff validé par la FIFA qui sera sur le banc. Et pas sûr que ce soit celui d’Eto’o…« , vaticine-t-il.

D’ici là, Marc Brys va devoir jouer les équilibristes pour ne pas se mettre à dos l’un ou l’autre de ses encombrants « parrains« . Un exercice périlleux qui risque de laisser des traces et d’hypothéquer sa mission. Car dans ce bourbier politico-sportif, c’est bien l’intérêt supérieur des Lions qui est en jeu. Vivement que le ballon reprenne ses droits. Et que le Cameroun se souvienne qu’il a un Mondial à préparer, plutôt qu’une guerre de clans stérile à mener.

Par Jacques Onana Ndzana pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *