Cameroun : Brenda Biya, une égérie LGBT+ qui secoue le pays

Caricature Paul Biya et Chantal

Depuis la Suisse, Brenda Biya, fille du président camerounais, a récemment choqué et fasciné le Cameroun en faisant son coming out sur les réseaux sociaux. Cette annonce audacieuse, où elle embrasse affectueusement une femme, a immédiatement déclenché une vague de réactions passionnées à travers le pays.

La révélation audacieuse de Brenda Biya

Depuis son refuge en Suisse, Brenda Biya a choisi Instagram pour partager son amour avec Layyons Valença, une Brésilienne, sous le regard captivé de milliers de ses abonnés. La légende, « Je suis folle de toi, et je veux que tout le monde le sache », a été un cri du cœur qui a instantanément captivé l’attention internationale. Déjà connue sous le nom de King Nasty sur TikTok, Brenda avait précédemment révélé sa fluidité de genre, un détail qui ajoutait une dimension supplémentaire à son annonce.

Un acte de défiance face à une législation draconienne

Au Cameroun, l’homosexualité reste un sujet tabou et même criminalisé par l’article 347-1 du code pénal. Ceux qui sont accusés de relations homosexuelles encourent jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et des amendes considérables. Les autorités, sous la direction de Paul Biya, appliquent strictement cette loi, traquant toute mention ou allusion à la communauté LGBT+ avec vigilance.

Réactions et implications politiques

La réaction initiale à la déclaration de Brenda Biya a été diverse, avec des politiciens populistes utilisant cette affaire pour alimenter leur discours contre l’ingérence culturelle occidentale. Cependant, cela a également suscité des soutiens inattendus et des appels à la tolérance de la part de militants LGBT+ et de personnalités internationales.

Perspectives pour les droits LGBT+ au Cameroun

Malgré les défis et les risques encourus, certains voient en Brenda Biya une figure symbolique potentiellement capable de catalyser le changement. Des militants, comme Shakiro, une célébrité transgenre exilée, voient en elle une voix qui pourrait aider à sensibiliser et à mobiliser pour la dépénalisation de l’homosexualité au Cameroun.

Vers un avenir plus tolérant ?

Le chemin vers une acceptation totale et une réforme législative reste ardu, mais l’annonce courageuse de Brenda Biya pourrait marquer un tournant crucial dans le débat sur les droits LGBT+ au Cameroun.

Par Christine Etoga pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *