Cameroun: Bouba Simala, le garde du corps de Cavaye gardé à vue à la prison militaire

Bouba Simala

Bouba Simala a été arrêté vendredi dernier à son domicile par les éléments de la gendarmerie nationale.Le capitaine de gendarmerie Bouba Simala, désormais ex-garde du corps du président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yeguié Djibril est aux arrêts. Il a été interpellé vendredi dernier, à 9h à son domicile, situé derrière la résidence de son oncle, le Lamido de Mada, dans le département du Mayo Sava, par les éléments de la gendarmerie nationale. Ces derniers l’ont conduit au bureau central des enquêtes du Secrétariat d’Etat chargé de la gendarmerie (Sed). D’après nos informations, il sera longuement interrogé sur les faits qui lui sont reprochés.
A savoir, « les actes de terrorisme, l’incitation au braquage et à l’enlèvement que l’intéressé à bien voulu commettre à l’endroit du président de l’Assemblée nationale (Pan) », tels que contenus dans l’arrêté présidentiel qui le remet à son administration d’origine : le ministère de la Défense. Comme lui, une partie des éléments de la garde du Pan est aussi passée devant les enquêteurs. Plusieurs informations circulent sur son lieu de détention actuel. D’aucuns indiquent qu’il a été déféré à la prison militaire, alors que d’autres font savoir qu’il se trouve en « arrêt de rigueur » dans les locaux de la Sécurité militaire (Semil).
Le capitaine Bouba Simala, âgé de 45 ans, a été limogé la semaine dernière par son oncle, Cavaye Yeguié Djibril au poste de garde du corps du président de la l’Assemblée nationale. Cet officié supérieur de gendarmerie, discret dans les couloirs du secrétariat général de l’Assemblée nationale, ne filait plus du bon coton avec son oncle depuis leur retour de l’Extrême-Nord, trois jours avant l’ouverture de la session parlementaire en cours. La discorde serait occasionnée par les révélations des populations de Mada au sujet d’une somme d’argent qu’aurait extorqué le prévenu à un habitant du village en échange de sa réussite à un concours.
Pas très content de cette dénonciation, le capitaine indiquera plutôt aux éléments de Bataillon intervention rapide (Bir), en faction à l’Extrême-Nord, que son accusateur est un élément de Boko Haram. La rupture entre Cavaye et Simala se confirmera samedi dernier, après que le Pan a changé subitement son site de sports (vers Mfou au lieu du Parcours Vita), qui avait été prévu au départ de son domicile.
Ce changement d’itinéraire est consécutif à des révélations troublantes du capitaine Bouba sur un éventuel enlèvement du Pan au Parcours Vita. L’enquête ouverte par les autorités judicaires révélera à coup sûr tous les secrets de cette affaire.

[b]Pascal Dibamou[/b]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *