Cameroun – Autoroute Yaoundé-Nsimalen: Déjà un premier site de relogement des populations déguerpies

Autoroute en construction

Un lotissement de 16 hectares est en train d’être aménagé à cet effet à Ekoko II dans le département de la Mefou-et-Afamba à environ 3 km après le rond-point de l’aéroport international de Nsimalen.
C’est en quelque sorte un nouveau quartier de la ville de Yaoundé qui est en train de sortir de terre dans la localité d’Ekoko II, un village de l’arrondissement de Mefou, département de la Mefou-et-Afamba, à quelques encablures du rond-point de l’aéroport international de Nsimalen. Ici est aménagé l’un des six sites de relogement prévus pour les populations touchées par le projet de construction de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen. Un site retenu lors d’une mission interministérielle présidée par le ministre des Domaines et des affaires foncières le 09 sepembre 2013, et dont les travaux ont été confiés à la Mission d’aménagement et d’équipement des terrains urbains et ruraux (Maetur). D’une superficie globale de 160 328 m2, le lotissement d’Ekoko II comporte 151 parcelles sur une superficie cessible de 127 217 m2, et dont les superficies des lots varient entre 575 et 6 860 m2. 63 630 m2 seront destinés aux constructions de masse, 43 622 m2 aux constructions individuelles. Il est également des équipements collectifs dont, un établissement scolaire primaire, un centre de santé et un terrain de sport, le tout entouré de toutes les commodités de la vie moderne : eau, électricité, réseau de collecte des eaux usées et station d’épuration. Selon le directeur général de la Maetur, Louis Roger Manga, l’aménagement de ce lotissement a pris en compte les contraintes liées au développement durable et au respect de l’environnement, en plus de celles urbanistiques et techniques classiques, afin que les populations recasées au moins du même niveau d’équipement qu’elles avaient là où elles ont été déguerpies. C’est ce lotissement qui a été visitée hier par une délégation interministérielle conduite par Jacqueline Koung à Bessiké, le Mindcaf, ce, en marge de la cérémonie d’ouverture de la 2e édition des Journées portes ouvertes sur le cadastre national, et dont le thème est « Confection du cadastre national numérique pour le développement durable du Cameroun ».
Pour le Mindcaf, l’exemple d’Ekoko est à perpétuer, il démontre que le gouvernement est soucieux du sort des populations impactées par la mise en œuvre des grands projets. Face à l’adversité très souvent rencontrée la part des populations autochtones pour libérer les terrains, Jacqueline Koung à Kessiké a tenu à féliciter les populations d’Ekoko qui, bien que le terrain d’Ekoko soit du domaine privé de l’Etat ont adhéré à ce projet, en libérant ce site sans trop de revendications. Les modalités d’acquisition des lots sur ce site restent donc à déterminer, mais pour ce qui est des collectivités coutumières déguerpies dans le cadre du projet de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen, un autre site de relocalisation est prévu pour elles, annoncé le Mindcaf.

Blaise Nnang

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *