Cameroun – Autoroute Yaoundé-Douala: Des tractations en cours

Paul Biya et l'autoroute Yaoundé Nsimalen

Alors que les populations de Lobo continuent de bloquer l’avancée du chantier, les pouvoirs publics s’attèlent à faire aboutir au plus vite leur dossier d’indemnisations.
Il y a toute une procédure à suivre. Mais déjà, nous avons reçu des garanties que le dossier est en cours de traitement ». La phrase renseigne sur l’avancement du dossier d’indemnisations des populations délocalisées de l’arrondissement de Lobo, département de la Lékié, dans le cadre du projet de construction de l’autoroute Yaoundé-Douala. C’est Oumarou Haman Wabi, secrétaire général des services du gouverneur de la région du Centre qui informe sur l’évolution des procédures, au moment où les populations de Lobo font un sit-in sur le chantier de construction, entre le PK 10 et le PK 20, empêchant la poursuite des travaux. Les autochtones attendent leur dû depuis le mois de septembre, dernier rendez-vous à eux donné par les élites de la localité, membres du gouvernement. De sources administratives, les indemnisations auraient pu avoir lieu depuis le mois de juin 2015. Le décret n°2015/1383/PM du 15 juin 2015 portant indemnisation des personnes victimes de destruction des biens dans le cadre du projet de construction de l’autoroute, entre le PK 10 et le PK 20, avait recensé 382 personnes à indemniser pour un montant total de 365 millions de F. Une somme contestée par les populations qui ont introduit des requêtes insistant pour qu’elles soient 872 à connaître, en même temps, réparations à hauteur de plus d’un milliard de F. Solidaires, les populations ont introduit des requêtes pour ceux dont les noms ne figuraient pas sur la liste, refusant ainsi de percevoir le moindre sous entre-temps. « Les fonds sont disponibles depuis le mois de juillet (365 millions de F), mais les populations ont affirmé qu’elles restaient solidaires de celles qui n’ont pas été recensées. Si elles avaient accepté cette somme, on aurait au moins indemnisé une partie d’entre-elles.
Nous n’attendons plus que le décret additif pour procéder aux indemnisations générales», a expliqué le Sg. Dans la pratique, « après examen des requêtes et vérification des nouvelles listes par la commission dédiée à cet effet, nous avons transmis les réclamations au ministère en charge des Domaines au mois de septembre. Le processus suit son cours », indique Oumarou Haman Wabi. La procédure prévoit que le dossier parte du ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières (Mindcaf) pour la Primature, puis pour la présidence de la République. « Et cela ne se fait pas en un jour », a affirmé le Sg. Surtout que, comme l’a expliqué le préfet de la Lékié, Patrick Simou Kamsu, le ministère « doit gérer plusieurs dossiers d’indemnisations au même moment, ce qui alourdit le processus ». D’ici là, le Sg déclare avoir prévu une concertation avec le préfet « pour voir à nouveau ce qu’il y a lieu de faire en attendant. Mais déjà, nous demandons la compréhension des populations afin qu’elles permettent à l’entreprise de travailler ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *